Pollution aux PFAS sur la base américaine de Chièvres?

Des perturbateurs endocriniens sont-ils présents autour de la base militaire de Chièvres? Le PTB relaie un rapport… américain.

Pascale Serret
Pollution aux PFAS sur la base américaine de Chièvres?
La minstre Céline Tellier a reçu copie du rapport américain lundi. Il est à l’analyse. ©BELGA

Pas ou peu de pollution au PFAS en Wallonie? «Ce n'est pas ce que dit un rapport de l'armée américaine», balance le PTB, en commission Environnement du Parlement wallon.

Toxique

Pour rappel, l'importante pollution détectée en juin dans le périmètre de l'usine 3M de Zwijndrecht, près d'Anvers, avait suscité certaines inquiétudes en Wallonie.

Au pas de charge, la ministre wallonne de l’Environnement Céline Tellier (Ecolo) avait réclamé un rapport auprès de l’administration et des organismes wallons spécialisés (Spaque et ISSEP).

Les conclusions étaient plutôt rassurantes: la molécule PFOS produite par 3M et retrouvée dans les terres du chantier du ring d'Anvers n'est pas fabriquée en Wallonie.

On retrouve par contre des perturbateurs endocriniens de la même famille (les composés?perfluoroalkylés ou PFAS) dans le sol et les eaux en Wallonie. Mais en faible concentration.

Le PTB a entendu un autre son de cloche. «J'ai ici un rapport du département de la Défense américaine qui contredit l'absence d'urgence chez nous», avance le député PTB Jori Dupont. «Le taux de PFAS est largement au-dessus des normes sur la base américaine de Chièvres, à la caserne Daumerie. Dans ce rapport on peut lire qu'en 2017, l'eau a été jugée toxique et que l'armée américaine aurait distribué de l'eau en bouteille.»

Riverains

Le PTB assure que le point n’a jamais été abordé, ni au niveau local, ni à la Région.

«Aucun riverain autour de la caserne n'a été prévenu. En Allemagne, le rapport américain a été pris au sérieux quand il a signalé des concentrations 138 fois supérieures à la norme autour de la base aérienne de Ramstein. »

Céline Tellier a reçu une copie du rapport lundi. «On l'a d'abord transmis à l'analyse de l'administration qui devra vérifier son authenticité», dit-elle. Son cabinet a néanmoins déjà pris contact avec le cabinet de la Défense, au fédéral. « Nous recevrons copie des résultats du cadastre demandé par la ministre Dedonder aux casernes sur les PFOS et les PFAS.»

Le PFAS, c’est malheureusement l’arbre qui cache la forêt des innombrables substances chimiques dans notre quotidien

La Dendre et les masses d’eau qui l’alimentent ont fait l’objet de prélèvements en 2018, en 2019 et en 2020. Ils ne révèlent pas de dépassement des normes.

Éprouvettes

« Le PFAS, c'est malheureusement l'arbre qui cache la forêt des innombrables substances chimiques dans notre quotidien», note la ministre, histoire de rappeler qu'il y a un travail de vigilance énorme à poursuivre. Elle prône notamment «la fermeté la plus totale à l'égard de l'industrie chimique ». Le monitoring en cours depuis 5 ans se poursuit, «tant dans les matrices environnementales que chez les humains », ajoute-t-elle.

Au PTB, Jori Dupont ne cache pas son impatience. «Je pensais que, dès le lendemain, on verrait des gens avec des éprouvettes autour de la base pour faire des analyses… »