La victime avait consommé de la cocaïne

La cour d’assises du Hainaut a auditionné, mardi, des experts dans le cadre du procès de Xavier Van Den Brandt, accusé du meurtre de Véronique Quidouce, commis le 27 décembre 2018 à Mons et de coups portés à cette femme en janvier 2018. Selon le toxicologue, Véronique Quidouce avait consommé de la cocaïne au moins huit heures avant sa mort. Son ADN et celui de l’accusé ont été retrouvés sur le manche d’un marteau avec lequel la victime aurait menacé l’accusé.

La victime avait consommé de la cocaïne

Le juge d’instruction a désigné un toxicologue pour analyser des échantillons relevés sur la victime. Celle-ci avait consommé de la cocaïne moins de huit heures avant sa mort, ainsi qu’un antidépresseur et d’autres médicaments. Pour les experts, il est possible que la victime ait pu consommer de l’alcool mais comme le corps a été retrouvé dans l’eau, le 21 février 2019 et immergé dans la rivière le 9 janvier, c’est difficile à établir.

L'expert ajoute que la consommation de cocaïne entraîne un sentiment d'euphorie, d'excitation, suivi d'une période de dépression. «On peut montrer dans certains cas une forme d'agressivité, notamment quand c'est associé à une consommation d'alcool», précise l'expert.

Un autre expert a analysé le marteau avec lequel la victime aurait menacé l'accusé lors de la rixe mortelle du 27 décembre. Sur le manche, l'empreinte génétique de Véronique Quidouce est majoritaire mais il y a aussi une correspondance avec l'empreinte génétique de l'accusé, d'une probabilité de 1 500 par rapport à une correspondance avec n'importe quel citoyen. «C'est un soutien modéré à ce mélange de profil génétique», dit-il. Cependant, il est impossible de dater un ADN et de déterminer à quel moment son empreinte génétique est arrivée sur ce marteau

Le 27 décembre 2018, une violente dispute a éclaté au sein du couple, qui ne vivait pas ensemble, dans l’appartement de la victime situé sur la place des Alliés à Mons. Véronique Quidouce est morte par strangulation comme l’ont déclaré, lundi, les médecins légistes. Le 9 janvier 2019, l’accusé est retourné dans l’appartement et s’est débarrassé du corps en le balançant dans une rivière non loin de la barrière de Spiennes, un endroit qu’il connaissait bien. Rapidement suspecté, Xavier Van Den Brandt a été privé de liberté le 21 février 2019 et placé sous mandat d’arrêt le lendemain. Il est en aveux mais prétend qu’il s’est défendu car Véronique Quidouce menaçait de le frapper avec un marteau.

© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.