En route vers une éducation nouvelle

L’école communale se dirige vers un enseignement alternatif, inspiré de la méthode Freinet. Changement prévu dès le 1er septembre.

Pauline FOUCART
En route vers une éducation nouvelle
Enseignement alternatif: les objectifs restent les mêmes, mais la méthode pour y parvenir change. ©ÉdA – 301155865193

Dès la rentrée scolaire prochaine, les enseignants de l'école communale de Chièvres, «le grand vivier », proposeront à leurs élèves, une méthode pédagogique alternative, inspirée de la méthode Freinet. «Ce projet est né de l'observation des pratiques de nos enseignants » explique Sabrina Dupriez, la directrice de l'école.

« Il s'est concrétisé par notre rencontre avec Charles Pepinster, l'instigateur du Groupe belge d'éducation nouvelle (GBEN), qui a créé la maison des enfants à Buzet, qui s'inspire aussi de cette méthode d'éducation nouvelle. Il a proposé de nous guider dans ce projet et les enseignants se sont montrés très intéressés par cette nouvelle approche.»

Cette pédagogie alternative place le projet de l'enfant au centre des préoccupations. «Les objectifs par rapport aux socles de compétences restent identiques à l'enseignement traditionnel, mais la méthode pour y arriver est différente. Les notes sont bannies; elles sont remplacées par des commentaires axés sur les points positifs de l'enfant. Les devoirs sont au choix pour instruire les condisciples sur un sujet intéressant. Le centre d'intérêt de l'élève est mis au centre et nous venons y greffer des compétences. En 6e année primaire, l'enfant devra réaliser un travail appelé le chef-d'œuvre , qui rassemblera toutes les compétences qu'il aura développées durant ses six années, et qu'il devra défendre sous la forme d'une présentation de deux heures. C'est en quelque sorte le couronnement de ses six années

Le personnel scolaire préparera l'élève à la réalisation de son chef-d'œuvre dès la première maternelle. « On insistera sur cette manière de travailler dès le plus jeune âge de l'enfant, à des degrés différents bien sûr. Nous leur donnerons par exemple une farde avec des exercices qu'ils devront réaliser dans un délai imparti: un jour pour les plus jeune et une semaine pour les plus grands. Les enfants devront gérer leur temps eux-mêmes, ils développeront ainsi beaucoup d'autonomie. Les enseignants seront bien entendu présents pour les soutenir et leur apporter de l'aide. »

Une préparationau secondaire

« Cette pédagogie alternative permet de redonner confiance à l'enfantet de développer sa propre estime» souligne la directrice. «Cet enseignement, basé sur une méthode réflexive, donne la parole à l'enfant. Il l'aide à prendre du recul par rapport à ses exercices et a expliqué sa démarche. L'élève prend conscience qu'il existe plusieurs chemins pour arriver au même résultat. L'enseignant devient un accompagnant qui instaure des balises aux élèves et les prépare pour les secondaires. »

Le projet accumule les retours positifs des parents qui soutiennent déjà cette nouvelle approche. « Beaucoup cherchent des écoles alternatives, les retours sont positifs. Nous recevons déjà des demandes d'inscriptions, mais c'est un enseignement qui se donne en petits groupes de 15-20 élèves, donc elles seront limitées. »

L’école communale ouvre ses portes le samedi 25 juin de 13 h à 18 h. Les travaux des enfants seront présentés aux parents.

068 65 85 62