Budget : oui à l’extra, non à l’ordinaire

Le MR relève du positifet approuve les investissements prévus dans le budget 2014 tout en s’interrogeant sur le choix politique du déficit.<

Daphné demitri
Budget : oui à l’extra, non à l’ordinaire
©EdA

/P>

Ce jeudi soir, le conseil communal s’est réuni pour plancher sur l’examen de chiffres. Au menu: le vote du budget 2014 de la commune, ainsi que du CPAS (voir article ci-contre).

Par rapport au budget communal, qui porte pour rappel un déficit de quelque 186 000€ (voir notre édition du 20 décembre), le MR a voté défavorablement le service ordinaire, pour rester cohérent avec la désapprobation du parti par rapport à la politique de la majorité en termes de fiscalité.

Il a néanmoins approuvé le service extraordinaire puisqu'y figurent «des projets initiés sous la précédente législature ou de nouveaux projets auxquels le MR adhère». Les libéraux ont d'ailleurs pointé des projets «sympas»: les chalets pour les commerçants (3 500€), la démarche par rapport bilan carbone (8 000€) ou encore une étude urbanistique (10 000€).

Au cours des débats, le chef de file libéral a lancé cinq questions techniques sur des points qu’il souhaitait éclaircir après la tenue de la commission des finances en ce début de semaine.

S'il a pu être rassuré quant au maintien du subside «jumelage», Claude Demarez s'est inquiété que la seconde phase des travaux au cimetière de Huissignies ne fasse pas partie des investissements (alors qu'il y a 200 000€ pour la phase 1). «Elle fera partie des projets-tiroirs à intégrer en cours d'année» lui a expliqué le bourgmestre Bruno Lefebvre. Par rapport aux recettes liées à l'IPP, qui grimpent de 1,4 million (2013) à 2,3 millions en 2014, le conseiller a demandé si ces chiffres étaient bien étayés par des documents du ministère des Finances. «Oui, et c'est dû au retard d'enrôlement» rappelle le maïeur.

Enfin, par rapport au déficit de 186 000€, «qui va à l'encontre des recommandations des circulaires budgétaires», Claude Demarez s'est interrogé sur ce choix politique. «À Chièvres, est-ce pour des motifs électoraux (élections régionales du 25 mai 2014) que des mesures ou décisions impopulaires ont été reportées? Car l'équilibre à l'exercice propre devra être atteint à court terme dans tous les cas». Le bourgmestre et trésorier chiévrois a répondu par la négative. « Nous étions partis d'un budget en déséquilibre de 800 000€, on a déjà fait un gros travail. J'aurais pu présenter un budget à l'équilibre puisqu'il y a 300 000€ dans le fonds de réserve du CPAS. Et donc on aurait pu offrir moins au CPAS et avoir un budget à l'équilibre! Mais à quoi bon présenter un budget à l'équilibre s'il ne reflète pas la réalité?»