Une bonne journée pour les cafetiers

Si les commerçants préfèrent fermer leurs portes lors du crossage, les cafetiers, eux sont sur le pied de guerre. «Je suis ouvert de 10 h 30 à 2 h du matin» explique Gérard Cornu, tenancier du «Point d'arrêt» situé à Vaudignies. «Cette année, je manque de main-d'oeuvre donc je ne servirai pas le traditionnel repas composé de hareng, salade et pommes de terre froides.» Pour lui la journée s'annonce longue. «Tout le monde passe une à deux fois au café et sur Vaudignies nous sommes près de 300 crosseurs.» Gérard a repris l'établissement il y a treize ans et il est donc habitué; il sait s'organiser. «On commence à préparer dès le lundi qui précède. Il faut aller chercher des tables et des verres supplémentaires. Ce jour-là nous écoulons en moyenne une dizaine de fûts.» À Chièvres aussi, les préparatifs vont bon train. Au «Comte d'Egmont», Odette Naveaux prépare le Mercredi des cendres dès le début de la semaine. «Il faut passer les commandes et puis je prépare des petites choses à manger comme des pistolets, des boulettes, des oeufs durs...»Son établissement reste bondé durant toute la journée. «Le débit est très important, ma famille vient me donner un coup de main, puis nous terminons la soirée avec le repas traditionnel. Je ne suis pas chièvroise; donc, pour moi, c'est une journée de commerce. »