Crossage : les trucs des commerçants

La plupart des commerçants chièvrois fermeront leurs portes, ce mercredi . Ils protégeront leurs vitrines pour éviter les cholettes.

Christel VERLEYEN

Nancy Cardon exploite un commerce depuis sept ans à Chièvres. Elle s'est installée à la rue Saint-Jean, il y a trois ans et prend des précautions particulières pour éviter la casse lors du fameux crossage qui aura lieu le Mercredi des cendres. «On essaye de barricader un maximum nos fenêtres» explique-elle. «Le problème, c'est que nous n'arrivons pas à protéger toute la surface vitrée. Donc, ce jour-là je vais rester dans le magasin et je vais en profiter pour faire du nettoyage et mettre en peinture ma cabine.» Nancy habite sur place. C'est un avantage car elle préfère être présente afin de pouvoir réagir si nécessaire. «Le magasin est fermé car personne ne sait entrer en ville, mais je tiens à être là afin de veiller à ce qu'il n'y ait pas de casse. Lorsque j'étais installée sur la place Saint-Jean, le local bénéficiait d'un volet; je consacrais cette journée pour rencontrer mes fournisseurs.»Nancy mettra donc la journée à profit tandis que son époux crossera dans les rues. «Mon mari est le dernier à être né à Chièvres. Il tient beaucoup à cette tradition. Avant, il éprouvait des difficultés pour obtenir un jour de congé, mais aujourd'hui, son emploi lui permet de participer. Cette année, mon fils crossera pour la première fois. Il a onze ans et souhaite participer avec son papa.»Cette journée de fermeture ne représente-t-elle pas un manque à gagner? «Ce n'est qu'une fois par an et il faut conserver les traditions; de plus ce sont les congés de carnaval et c'est une période où il fait plus calme.» La librairie Cardon située dans la même rue est tenue par Jeannine, la tante de Nancy. Elle restera ouverte ce mercredi. «Les crosseurs viennent souvent chercher des petites choses comme des cigarettes, des bonbons, des chewing-gums,... »Jeanine est installée là depuis 43 ans; le crossage elle connaît donc bien. «Nous mettons un grillage pour protéger la façade, mais nous n'avons jamais eu de problèmes» note-t-elle.

«Dans le centre de Chièvres tout se passe en général très bien.Quant à mes clients habituels, ils le savent et ils prennent leurs précautions. » La sandwicherie «Au soleil de Provence» implantée dans la Grand-rue fermera ses portes; l'an dernier, la journée a été assez morose. «L'année dernière nous avions ouvert, mais cela ne fonctionne pas. Les crosseurs vont de "tonne" en "tonne" et ne prennent pas le temps de s'arrêter entre deux» constate la responsable du magasin. «Cette année, nous avons donc décidé de fermer.»

Le magasin «Stop Déco» restera aussi portes closes. «C'est la deuxième année que nous vivons le crossage et nous fermons. Nous allons placer des grillages devant la façade. De toute façon, il n'y aura pas de clients vu que la ville est inaccessible.»

Bernard Hermant, propriétaire du magasin «Chaussures Raoul» installé depuis de nombreuses années sur la place de Chièvres profite de la manifestation pour prendre quelques jours de congé. «Nous fermons durant trois jours; j'aime beaucoup le crossage et je suis très attaché par la tradition, mais j'en profite pour partir quelques jours.»