Les sangliers sont de plus en plus nombreux en Wapi

De plus en plus d’automobilistes croisent des sangliers sur les routes de Wapi. Un phénomène confirmé par le SPW.

Vincent Dubois
 Ces rencontres offrent aussi l’occasion de tirer de superbes clichés comme celui que nous a aimablement donnéGeoffrey Quittelier de Rongy.
Ces rencontres offrent aussi l’occasion de tirer de superbes clichés comme celui que nous a aimablement donnéGeoffrey Quittelier de Rongy. ©©Quit Photography Nature 

Il y a quelques jours, nous vous faisions part de la mésaventure survenue à Éric Pierart, un habitant de Laplaigne dont la voiture avait été endommagée après avoir été heurtée par un sanglier qui traversait le bois à hauteur de la rue de Hollain.

Nous avions alors recueilli plusieurs témoignages d’habitants de la région affirmant avoir vu à plusieurs reprises des sangliers sur la voie publique dans la région.

Des témoignages qui permettaient de penser que ces animaux sont présents en plus grand nombre dans notre région que par le passé.

Un sentiment conforté par les informations que nous a transmises à ce sujet Jean-François Duliere,

attaché qualifié et chef de cantonnement au SPW- agriculture ressources naturelles et environnement, du département de la Nature et des Forêts pour le cantonnement de Mons.

"Je vous confirme que le sanglier commence à être observé depuis quelques années sur la région de Brunehaut dans les bois privés proches de la frontière française. Quelques individus ont été renseignés prélevés à la chasse.

Le sanglier poursuit son avancée vers l’ouest de la région wallonne. La dynamique de population de l’espèce, les conditions climatiques moins rudes, la disponibilité en nourriture pour cette espèce omnivore expliquent en bonne partie cette évolution", nous explique Jean-François Duliere.

C’est en quelque sorte également le signe que la nature reprend petit à petit ses droits là où l’homme s’en est octroyé parfois de trop larges, au détriment de la première. Et n’oublions pas que, comme nous le faisait remarquer un lecteur, ce sont nos routes qui traversent leur habitat et non l’inverse. Bref, soyez prudents quand vous circulez à proximité d’un bois.