Pas de trêve de Noël au conseil communal de Brunehaut

L’ordre du jour était pourtant maigre… Les questions de l’opposition ont cependant fusé de toute part.

Frank Ghislain
Pas de trêve de Noël au conseil communal de Brunehaut
Jean-François Fourez quitte son poste de directeur financier à Brunehaut. ©ÉdA

En début de séance, le bourgmestre Pierre Wacquier a cédé la parole à Jean-François Fourez, directeur financier de la commune. "Pour des motifs personnels, j'ai décidé de quitter mon poste de directeur financier. Il s'agit en fait de la conjonction de deux événements. D'abord, la santé de mon papa s'est dégradée. Il a décidé de quitter Brunehaut. Il s'agissait là de mon dernier lien familial avec ma commune de naissance, d'autant que je suis domicilié à Mons. Ensuite, dans le même temps, un poste de directeur financier s'est ouvert au Rœulx où désormais je vais travailler", a annoncé Jean-François Fourez.

Si cette décision avait déjà transpiré dans l'entité, sa confirmation par le principal intéressé a laissé un certain froid dans l'hémicycle. "Comment va se dérouler la transition?", a demandé Nadya Hilali, conseillère indépendante. "On est en train de se renseigner sur la transition légale", a insisté le bourgmestre Pierre Wacquier.

«Pas d’actualité»…

Indirectement, il fut encore question de Jean-François Fourez lors de l'examen de la décision du Conseil d'administration de la Régie communale autonome relative au marché public de services pour le contrôle et l'audit des comptes annuels 2021, 2022 et 2023. Il a été proposé au conseil communal d'approuver la désignation du bureau de réviseurs d'entreprises "Joiris/Rousseaux", représenté par Bernard Rousseaux et Alexis Pruneau en qualité de commissaire-réviseur. "Le coût est de 1500€ par an à charge de la RCA. Je vous rappelle que le conseil communal est l'assemblée générale de la RCA", a précisé le mayeur. Le directeur financier de Brunehaut étant le trésorier de cette RCA, "Quel est le profil pour remplacer Jean-François?", a demandé Michel Urbain (IC). "On est en train de le façonner mais vous sortez de l'ordre du jour. Ce remplacement n'est pas encore d'actualité", a dit M. Wacquier.

Conflit d’intérêts ou atout?

La RCA a de nouveau été matière à débats, houleux, concernant le remplacement de François Shietse, indépendant, par Philippe Vinckier (USB). "Nadya et moi-même nous opposons formellement à la nomination de M. Vinckier au poste d'administrateur. Il y a eu un arrangement téléphonique entre amis. C'est un conflit d'intérêts. M. Vinckier est directeur du club de ju-jitsu. Sa neutralité est mise en cause", lançait M. Schietse. "Vos propos sont diffamants et outrecuidants. C'est une volonté de nuire dans votre groupe. J'ai contacté le DG des Pouvoirs locaux. Il a été formel. Cette nomination, c'est un atout. C'est l'inverse de ce que vous pensez. Il n'y a pas eu d'arrangement comme certains le font", a rétorqué le bourgmestre. "J'ai dit que j'avais contacté la tutelle le 10 septembre, puis le 5 novembre puisque je n'avais pas de réponse. Vous interprétez mes propos. Je n'ai jamais dit que le bourgmestre s'était arrangé. J'ai reçu ce jour un écrit qui va à l'encontre de vos propos. Un administrateur peut être membre ou président d'un club" a précisé Nathalie Bauduin, directrice générale.