«Je lui avais dit, ne saute pas du pont, tu vas te tuer… Il ne m’a pas écouté»

Le Français qui s’est noyé dans le canal Nimy-Blaton, dimanche, avait annoncé à des pêcheurs son intention de sauter du pont. Ceux-ci ont essayé de le dissuader. En vain. Témoignage.

Vincent Dubois
«Je lui avais dit, ne saute pas du pont, tu vas te tuer… Il ne m’a pas écouté»
Le Français qui s’est noyé sous le pont du Triage avait annoncé son intention. Des pêcheurs ont voulu le dissuader. En vain... ©Google

Nous avons reçu le témoignage troublant d’un pêcheur qui, dimanche après-midi, taquinait le goujon, avec d’autres, dans le canal Nimy-Blaton, à deux pas du pont du Trainage, à Hensies.

Précisément là où un Français de 37 ans a perdu la vie après avoir sauté dans l’eau depuis le tablier de ce pont.

«Mon fils Lucas et moi étions en train de pêcher comme nous le faisons souvent à cet endroit, explique Éric, de Laplaigne, encore choqué par ce qu'il a vécu dimanche. Nous avions remarqué la présence d'un groupe un peu plus loin et l'un des membres est venu nous demander si cela ne nous dérangerait pas qu'il saute du haut du pont. Je lui ai répondu qu'il allait se tuer s'il faisait cela. Il est reparti vers ses amis et un peu après, on a eu juste le temps de le voir tomber dans l'eau. Il est remonté et a nagé, mais il éprouvait manifestement quelques difficultés. On pensé qu'il s'était fait mal en tombant et on a aussitôt prévenu ses amis qui se sont mis à l'eau pour tenter de le ramener sur le bord. L'homme a soudainement coulé et, voyant que les amis de la victime n'en sortaient manifestement pas, Lucas s'est déshabillé et a de suite sauté pour tenter de sortir la personne de l'eau. Mais, ce dernier ne remontait plus, de plus, Luca ne voyait rien sous l'eau et, malgré ses efforts, il n'a rien pu faire. Cette situation a fortement choqué nous a fortement choqué tous les deux.

Et mon fils l’a encore été davantage quand il a constaté que l’un des membres du groupe filmait toute la scène avec son GSM. Ce sont les pompiers qui ont finalement retrouvé le corps dans la soirée.

Habituellement l’eau du canal est limpide comme du Vittel et on se dit qu’en temps normal, on aurait pu localiser le corps facilement. Mais, en raison de travaux qui se déroulent du côté français, l’eau est trouble en cette période et l’on n’y voit strictement rien. Je ne peux pas m’empêcher de me dire que si des travaux n’avaient pas eu lieu, on aurait peut être pu voir le corps sous l’eau plus facilement et sauver ce jeune homme…»

Quoi qu’il en soit, et on ne le rappellera jamais assez, sauter d’un pont dans une eau dont la température est, de plus, fortement inférieure à la température ambiante, est une attitude particulièrement dangereuse. Les risques d’hydrocution sont réels (ce n’est pas le cas ici, car le décès est alors immédiat), mais aussi les risques de blessures.