Quel futur pour le CPAS?

En quelques années, le nombre de RIS a progressé de plus de 50%! La situation financière semble cependant bien maîtrisée.

Frank Ghislain
Quel futur pour le CPAS?
Le directeur financier a présenté le compte du CPAS. ©ÉdA

Mathieu Wattiez, directeur financier de la commune, a présenté le compte 2016 du Centre public d'action sociale. Au service ordinaire, avec des recettes de 3 235 729€ et des dépenses de 3 192 977€, ce compte présente un boni budgétaire de 42 752€. «L'intervention communale, qui est la première recette, était de 973 373€ l'an dernier. Cette part communale, qui avait sérieusement augmenté en 2015 et avait même connu un pic, est en légère diminution en 2016. Malgré une augmentation des revenus d'intégration sociale, le résultat du compte est encourageant. Par contre, on ne connaît rien du futur», a commenté le directeur financier. Globalement, le coût annuel du CPAS est de 261€ par habitant. «Le nombre de repas chauds à domicile est en diminution depuis plusieurs années. L'an dernier, 21 942 repas ont été servis. Entre 2013 et 2016, on enregistre une diminution de 7 264 repas. Le bénéfice pour le CPAS étant de 2€ par repas, cette perte est conséquente. Par contre, malgré une fermeture de deux mois suite à un cambriolage, l'épicerie sociale se porte bien. Sans que l'on ait touché à l'emploi, les dépenses de personnel sont en diminution (-25,9%). Les dépenses de fonctionnement diminuent également (-8,3%). En ce qui concerne les RIS, on enregistre une progression de 55% entre 2012 et 2016. C'est énorme. En 2016, nous avions 167 RIS, 101 en 2014. La dépense pour les RIS est de 968 563€. À ce montant faut-il ajouter une somme de 178 133€ pour les RIS-étudiants», a expliqué Mathieu Wattiez. Sans grand commentaire, le compte du CPAS a été voté à l'unanimité.