Nouvelles invasions barbares

« Imprévisibles ». Voilà comment le général de l’alliance barbare qualifie ses troupes, sa « faction » plus précisément.

Antonin Marsac
Nouvelles invasions barbares
Avatar 2013 ©ÉdA Antonin Marsac

Mais qu’est-ce qu’une faction, à Avatar ?

Pour faire simple, c'est l'une des nombreuses armées, ou clans , en lice jusqu'à la bataille finale. «Un point culminant où les alliances risquent d'être défaites» à la vue de la gloire finale. C'est sans pitié. Une stratégie «brutale» dont les barbares raffolent! Ils y excellent même, puisqu'à l'édition précédente, ils furent vainqueurs.

N’est pas barbare qui veut !

Une sélection est obligatoire. Contrairement à d'autres factions plus «ouvertes», les barbares sélectionnent leurs membres. Julien, alias «Setaq», général des armées (soit un grade inférieur au grand chef, le «Khan») explique que «le barbare postulant doit faire ses preuves. Il peut être accueilli au sein du groupe dès sa première fois à Avatar, mais il sera évalué». Si ses performances, mais surtout sa participation à la vie du camp (en gros son style barbare) ne sont pas à la hauteur, il pourrait se voir refusé dans ce clan lors de la prochaine édition.

Enfin, en plus de la cinquantaine de clans, il y a le hors-faction. « Chaque année, des participants s'inscrivent mais ne font pas encore partie de factions particulières» précise Setaq. C'est l'occasion pour un recruteur d'aller voir dans ce vivier de potentiels guerriers infâmes si un renfort serait susceptible de répondre aux attentes des chefs. En espérant ne pas tomber sur un trop voyant «chevalier à l'armure clinquante».

Brutaux, les Barbares ?

Les combats sont pratiqués avec des armes recouvertes de mousse et de latex. De plus, il suffit d’une «touchette» pour être blessé. Enfin… selon Setaq, la «touchette» n’est pas toujours assez franche pour eux. On leur reproche alors d’être un peu trop «barbares».

«L'année dernière, il y a eu un orage. On a attaqué l'ennemi juste après que la foudre soit tombée sur le terrain , pleins d'adrénaline». Une sorte de charge éclair!

Si leur style de combat est un tantinet plus violent que les autres, leur hiérarchie est tout de même développée. La stratégie est importante. Il y a donc le Khan, le général, deux ministres,etc. La nomination se base sur des éléments simples: le charisme du bonhomme et son ancienneté. On n’est pas chef de guerre du jour au lendemain!

Et les femmes ? Le Athois évalue à 10% le nombre de femmes dans son armée de 96 barbares. Un bon quota pour une équipe des plus «viriles».