Majorité absolue, encore…

En 2006, une page du socialisme local se tournait avec un Freddy Wattiez condamné à siéger dans un nouveau groupe d’opposition (UPC). Il fera quelque 350 voix de moins que le nouveau bourgmestre Roger vanderstraeten.

Top 10 des voix de préréfence:

1. R.Vanderstraeten (PS)1138

2. Annette Cornelis (PS)977

3. Freddy Wattiez (UPC) 790

4. Willy Willocq (PS) 546

5. Francis Delfanne (PS) 411

6. J.-M.Brangers (PS) 389

7. L.Destrebecq (MR)359

8. Vancauwenberghe (PS)337

9. Luc Wattiez (PS)320

10. Serge Flamme (PS) 312

De 15 à 12

De quinze à douze. Le PS bernissartois avait perdu trois sièges en 2006 par rapport à 2000. Mais ça lui faisait encore douze sièges sur vingt et un, ce qui lui laissait la majorité absolue et une avance confortable pour garder seul les rênes du pouvoir.

Autour de la table du conseil

Roger Vandestraeten, bourgmestre (PS) ; Annette Cornelis, échevine (PS) ; Francis Delfanne, Jean-Marie Brangers, Luc Wattiez et Serge Flamme, échevins (PS) ; Willy Willocq, président du CPAS (PS). Conseillers communaux: Alain Drumel (Écolo), ; Claudette Patte, Laurent Vancauwenberghe, Paolo Buscema, Anne-Marie Laine-Savini et Jeannette Portogallo (PS) ; Gérard Blois, Pierre Fourdin, Martine Machtelings et Didier Delpomdor (MR) ; Jean-Claude Lecomte, Florence Crickx, Bernard Delguste et Thierry Van de Walle (UPC).¦