Du logement moyen de gamme, SVP

Pour l’opposition, la Commune devrait d’avantage privilégier les pistes qui amélioreraient la mixité du logement. Mais c’est déjàle cas, insiste la majorité.

Christophe Desablens

La réponse du bourgmestre fuse lorsque d'aucuns lui suggèrent de diminuer l'impôt: « C'est totalement invraisemblable. Certes, le budget présente un boni de 2,5 millions d'euros, mais les demandes de minimex vont exploser et il faudra faire face à nos obligations. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres qui nous rappelle qu'il faut garder des réserves pour pouvoir maintenir le bien-être de nos concitoyens. Cela dit, on n'augmente pas les impôts, c'est déjà bien comme ça ». « Mais comment pourrait-on les majorer puisqu'on est déjà au maximum autorisé par la Région wallonne ? », ironise Martine Machtelings, selon qui la commune a encore de la marge pour percevoir des taxes supplémentaires grâce aux piscines, les terrains de tennis,etc. Bernard Delguste ne pense pas que ça apporterait quoique ce soit de diminuer l'impôt dans le contexte actuel. « Quelques pour cent de moins, qu'est-ce que ça changerait pour les ménages ? Par contre, pourquoi pas au niveau de nouvelles taxes: dans le quartier de Boisdeville, où les plus petites maisons coûtent 1 million d'€, les habitants travaillent à l'extérieur de notre commune et ils ne participent pas à la vie sociale et associative locale ».

Le parc Postau, une occasion manquée

M.Delguste pense surtout que la commune doit faire en sorte de diversifier son offre de logements, pour amener à Bernissart des ménages avec un ou deux revenus. « Or, vous avez raté l'occasion de le faire au parc Postau, où au départ on prévoyait la construction de dix-neuf maisons moyennes ». Alain Drumel abonde: « En plus, ces maisons auraient fermé l'espace avec ces maisons moyennes ». « On n'a jamais autant bâti à Bernissart, et des logements de tous styles », s'insurge Roger Vanderstraeten. « Vous me parlez de ramener à Bernissart des gens avec des revenus plus importants ? Mais il y a suffisamment de lotissements pour les accueillir. Au Clos des Groseilliers, à l'entrée de Blaton, on a construit des maisons moyennes de 200 000€. Quant à votre point de vue sur le parc Postau, je ne le suis pas du tout: un jour vous déplorez que notre commune est un désert culturel, et quand on prévoit d'aménager un bel endroit susceptible d'accueillir de belles manifestations on me dit qu'il faudrait le réduire pour y implanter des habitations ».

Le bourgmestre regrette la prolifération de logements surpeuplés, notamment autour de la place de Blaton. « Mais que pouvons-nous y faire si ces habitations sont conformes, tant des points de vue de la sécurité que de l'insalubrité ? Rien ne m'autorise à les refuser ».

Pour en revenir à la manière avec laquelle la commune peut mener des actions susceptibles de lui octroyer une meilleure marge de manœuvre financière, M.Vanderstraeten pointe le maintien de la dette à un niveau acceptable. « Ça aura un impact à long terme ». Il regrette par contre que ça coince avec Ideta au sujet de l'aménagement d'une nouvelle zone économique. « On nous dit que nos concitoyens pourront aller travailler dans le futur zoning voisin Polaris à Péruwelz »