Anarchie à Harchies...

Bernard Delguste (UPC) est intervenu à propos de l'anarchie qui s'est installée en matière de circulation et de stationnement aux abords et sur la place d'Harchies. Non-respect des horaires, des zones de parking réglementé, prise de sens unique... « Il est temps de mettre fin à cette situation. Il faut une campagne d'information, de prévention, puis de répression », a-t-il dit. « En matière de prévention, on a été plus que large. Il y a eu des tracts, des folders et des toutes boîtes, puis un mois d'avertissement », signalait le bourgmestre. « Il y a eu des infos dans les commerces et les cafés, plus le bulletin communal », renchérissait la secrétaire communale Mme Véronique Bilouet. « Les agents constatateurs sont intervenus là où ils pouvaient intervenir. Cet agent fait son boulot d'un côté alors qu'en face la police ne le fait pas. Il y a aussi eu une plainte du peu de commerçants qui existent encore sur cette place. Ils se plaignent qu'on sévit, ce qui est préjudiciable pour leur commerce », précisait Roger Vanderstraten. « Eh bien alors, qu'on enlève toute la signalisation », concluait Bernard Delguste. « Il y a un parking de 1000 places à 100 m. Mais les gens ne savent plus marcher ! », a encore ajouté le mayeur. À la majorité...

Anarchie à Harchies...
11581692 ©© EdA

Le conseil a examiné et finalement approuvé le compte 2009 du Logement bernissartois. Avec des recettes de 77 761? et des dépenses de 77 157 ?, ce compte présente un boni de 243 ?. « Ce compte n'est pas légal. Il n'y avait pas de quorum lors des assemblées du 12 mai et du 8 juin », indiquait le conseiller MR Gérard Blois. « Lorsque l'on reconvoque une assemblée, cela se fait à la majorité des membres présents, quel que soit le quorum. C'est donc légal » précisait Anne-Marie Savini (PS), membre du conseil d'administration.

« Je veux une copie du règlement d'ordre intérieur », a insisté M. Blois.

« Les administrateurs peuvent-ils voter ce compte ? », a demandé le président du CPAS Willy Willocq, prié de se retirer lors d'une précédente séance au cours de laquelle le compte du CPAS avait été examiné. « C'est légal. Cette mesure ne s'applique que pour le CPAS et les fabriques d'églises », a précisé le bourgmestre. F.G.