Hindricq sur la route de Londres

Écarté pour d'occultes raisons de la sélection pour Pékin, Christophe Hindricq entend aller défendre nos couleurs aux Jeux de Londres.

Christophe H indricq était attendu samedi passé au départ de la Kainoise aux côtés de Luc François. Il a cependant été contraint de renoncer de façon à pouvoir participer à un entraînement fédéral.

Et le gars de Pommeroeul tient à bien garder le cap au cours de cette saison 2010 qui sera déterminante pour lui. Si la route de Pékin lui a été barrée de curieuse façon en 2008, il veut par contre dans deux ans passer le Channel et disputer les Paralympiques de Londres.

Après une année 2009 relativement mitigée (4e du championnat du monde et 4e au ranking mondial de handibike), Christophe s'est très sérieusement remis au travail cette année.

Et il s'est donné les moyens de ses ambitions en « s'offrant » une monture de plus de 7 000 euros.

Dès le mois de mars, il a réalisé d'intéressants résultats en finissant deux fois deuxième à Dubaï d'une épreuve du Challenge européen. Il y a trois semaines, il a décroché deux fois le bronze au Pays Basque avant de se rendre dans le Limousin, à Les Manedières, où il s'est imposé deux fois.

« Je suis actuellement deuxième du ranking mondial. Il faut être parmi les cinq premiers en fin de cette saison pour être qualifié pour les Jeux. Cela devrait être possible, mais il faut rester vigilant. » D'autant que les sélections ne souffriront cette fois plus d'aucune manipulation. Le handibike est cette fois inscrit dans les rangs de l'UCI et ce sont les points dévolus par l'Union cycliste qui servent à déterminer les sélections.

Le week-end prochain, Christophe s'envolera vers Ségovie (Castille espagnole) pour y disputer les épreuves par équipe, contre-la-montre et en ligne d'une coupe du monde.

La semaine suivante, il remettra en jeu pour la dixième fois son titre de champion de Belgique avant de se préparer pour les championnats du monde qui auront lieu au Canada en août.

Christophe est ambitieux et a très envie de ne pas rater la marche. Il met en tout cas tous les atouts de son côté tout en ne bénéficiant que d'aides assez limitées. Trois déplacements par année lui aussi, en effet, remboursés partiellement, le reste étant totalement à sa charge.M.Fi.