« J'aime les gens qui aiment le vélo »

Huit heure s trente. Maillot blanc, liseré tricolore, Thierry Marichal demande presque anonymement son bulletin d'inscription à l'entrée du chapiteau. Des mains se tendent rapidement auxquelles l'ancien professionnel local répond aimablement ; et des conversations s'engagent.

M.F.
« J'aime les gens qui aiment le vélo »
11385785 ©© EDA

Un quart d'heure plus tard, un gros 4 x 4 blanc marqué au nom de son chauffeur fait son entrée sur le parking du Troll & Bush. Un petit mouvement de foule s'opère vers l'ancien champion du monde, vainqueur de la majorité des classiques du Pro-Tour. Et Johan Museeuw ne snobe pas son public, signant des autographes, répondant aux questions de ses fans, posant pour la photo-souvenir.

Frisson

Déjà présent aux 200 km Tournai-Bruxelles et retour des Crazy, Museeuw dit son plaisir de retrouver notre région. Il est vrai, d'abord, que le nom de Bush ne lui était pas inconnu. Il avait goûté au breuvage et l'avait apprécié presqu'au-delà de la raison en septembre dernier. « Je suis aussi distribué dans la région par Aloïs Lievens avec qui j'ai d'excellents contacts. Et puis je n'ai pas renoncé au cyclisme ; je continue à rouler très régulièrement. Surtout, insiste le Flandrien, j'aime les gens qui aiment le vélo. Et c'est le cas ici... » Aujourd'hui businessman averti, Museeuw sort à Lokeren quelque 300 bicyclettes par an. Les pratiquants indigènes convoitent ses produits que douze pays importent également, des USA au Japon. Dans une gamme qui démarre entre 2000 et 3000 euros, Museeuw a aussi innové et a institué une pratique cycliste plus écolo que tous les autres constructeurs en étant le seul à produire un cadre avec un composite de... lin.

Après le bain de foule, Museeuw s'est installé aux côtés de Thierry Marichal et d'Hugues Dubuisson ; il a pris la tête d'un riche peloton lancé sur les 90 km. Direction le vélodrome avec un effet toujours garanti pour l'ancien fer de lance de la Mapei : « Tu sais, quand tu as gagné trois fois Paris-Roubaix (NDLR : 96, 2000 et 2002), tu ne peux pas y entrer indifféremment. Chaque fois que j'y arrive encore, j'ai un fameux frisson. » Et pour augmenter encore la sensation, on avait bien fait les choses à la Bush Classic en actionnant la cloche du dernier tour au passage de l'ancien champion. Émotion...

Champion de Belgique

Les pavés, Aloïs Lievens n'y est pas insensible. Il a par deux fois disputé et terminé le Paris-Roubaix espoirs. Une petite ligne dans un palmarès orné d'un succès chez les élites (devant De Brabant à Pommeroeul). Maçon-carreleur de formation, il a ensuite choisi de se lancer dans le commerce et la réparation de cycles avec un beau succès. « J'ai rencontré Museeuw au salon de Paris. Le courant a immédiatement très bien passé et il m'a proposé la concession exclusive de ses produits dans la région. » Aloïs est aujourd'hui le meilleur vendeur de Johan. Depuis le début de la saison, il a déjà écoulé une dizaine de bicyclettes.