Chaise musicale pour le tour final et la descente...

Harchies/Bernissart abattra une carte très importante pour son maintien face à Enghien alors que pas mal de duels orienteront le tour final...

Nicolas Nortier

Enghien a gagné le premier de ses deux matchs à six mille points contre Ere/Allain et pourrait en cas de succès à Harchies/Bernissart dépasser son adversaire et quitter un siège éjectable qu'il occupe depuis des mois. Ce serait une première et peut-être le chant du cygne pour Harchies et Ere/Allain pour autant que les troupes de Michaël Dutrieux ne s'imposent pas contre le Pays Blanc.

De son côté, Christian Vandewalle, l'homme à tout faire à Harchies envisage une rencontre très pénible : « On va se battre, j'ai beaucoup de respect pour les joueurs qui monteront sur le terrain dimanche mais ça s'annonce très difficile. On vient de perdre Hautcoeur blessé au genou contre Meslin et Steve Roquelle. J'escomptais le retour de Laury Blariau mais ça ne sera pas le cas. Bref, pas question de vent de pessimisme mais simplement de réalisme pour dire que la situation ne s'améliore pas. Imaginez que notre dernier succès remonte au mois de décembre ; c'était contre Wiers. » Une situation qui s'est doucement détériorée : « Je dois malheureusement pointer l'irresponsabilité de certains qui sont presque venus pleurer pour jouer chez nous et qui n'ont presque jamais fréquenté les entraînements. Parfois, ils font une apparition. C'est invraisemblable ! De toute ma longue carrière, je n'ai jamais vu ça ! Maintenant, je répète qu'on se donnera à fond dimanche. Les miracles, ça existe ! » Isières (à Havinnes) et Wiers (qui reçoit Meslin) tenteront de prendre des points précieux pour éviter tout souci en fin de saison.

Avec nos valeurs

À l'opposée du classement, beau choc en perspective entre la Montkainoise et Warcoing : « À l'image des autres rencontres que nous avons déjà jouées, on ne lâchera rien !, annonce Yannick Carlier. On connaît les qualités de l'adversaire, on essaiera tout simplement de se mettre au diapason de Biévène la semaine passée. J'ai vu Warcoing contre Wiers et à mon sens, ils ne méritaient pas de gagner. On ne peut pas parler d'un groupe véritablement solidaire qui joue en bloc mais bien d'une sacrée somme d'individualités qui sont toutes capables de faire la décision. Regardez le scénario des matchs, c'est souvent le trio Szlapa-Ghiselin-Lecoustre qui fait la différence. Au match aller, nous menions 0-1 avant de nous écrouler complètement en douze minutes mais nous n'étions pas au complet ce qui ne sera pas le cas dimanche. À part Feddal et Titeca, j'aurai tout le groupe à disposition. » Dans le contexte du tour final, c'est un duel-clé puisque d'autres matchs verront Ostiches se rendre à Biévène pour un derby périlleux alors qu'Estaimbourg ira à Anvaing. Pas question pour Yannick Carlier de s'adapter à l'adversaire : « On me prédit prétentieux mais je ne snobe pas l'adversaire. J'essaie seulement de jouer sur nos points forts. Ca passe ou ça casse. On sait qui on est et ce qu'on peut faire. À l'image de cette saison, le pire et le meilleur même si c'est largement le positif qui l'emporte ! » Voilà Warcoing dûment prévenu !