Boni au ras des pâquerettes

Minimaliste, concocté sans augmentation de la fiscalité, le budget a été approuvé par la majorité socialiste et le représentant Écolo.

Frank Ghislain

À la veille de la Noël, en l'absence des conseillers socialistes Anne-Marie Savini et Paolo Buscema, l'échevin des finances Luc Wattiez a présenté le budget 2010 de la commune. Avec des recettes de 12 766 152 € et des dépenses de 12 762 809 €, ce budget présente au service ordinaire un léger boni de 3 342 € à l'exercice propre. L'an dernier à pareille époque, c'était un boni microscopique de 1 402 € qui se dégageait de l'exercice propre. Compte tenu de l'excédent des exercices antérieurs, soit 1 222 628 €, le résultat global 2010 présente un excédent plus confortable de 1 225 971 €. « Les services et le personnel sont maintenus et la fiscalité reste inchangée. Il n'a pas été aisé de faire ce budget pour lequel nous n'avons ni surestimé les recettes ni sous-estimé les dépenses. Au lendemain d'une importante crise économique, il a fallu jouer serré pour atteindre l'équilibre », commente Luc Wattiez qui rappelle que les dividendes Dexia ont sérieusement été rabotés.

« C'est un budget sans ambition avec un boni à l'exercice propre qui vaut moins d'un millième des recettes. D'autre part, dans la conjoncture sociale actuelle, il est irréaliste d'avoir diminué la part du CPAS (726 000 €), déclare Ludovic Destrebecq, chef de file du MR, qui regrette aussi le peu d'investissements pour la réfection des trottoirs dans l'entité. « En ce qui concerne la dotation du CPAS, lors d'une réunion de concertation, nous sommes tombés d'accord sur ce montant. De plus, il y aura une épargne des aides ménagères qui passent en titres services », précise l'échevin des finances.

Satisfait, Écolo approuve

Au service ordinaire, le MR et le groupe UPC se sont abstenus. « Dans le budget ordinaire, il n'y a aucune innovation. Cependant la situation est difficile. Nous voulons rester cohérents. Voter contre aurait été stupide », précise Bernard Delguste du groupe Union pour le changement. Au service extraordinaire, avec des recettes de 3 982 282 € et des dépenses de 4 070 182 €, on enregistre un mali de 87 900 €. Compte tenu du boni des exercices antérieurs (+278 568 €) et d'un prélèvement venant de l'ordinaire (+ 69 395 €), le résultat global dégage un excédent de 260 063 €. Ce budget extraordinaire permettra la réalisation des travaux d'extension du centre administratif du Préau, l'aménagement du parc Posteau à Blaton, la poursuite des travaux de restauration de la Machine à feu, l'isolation de certains bâtiments dont l'Acomal, l'aménagement d'un sentier à l'Acomal et la création d'une aire de jeux.

Concernant le budget extraordinaire, le groupe UPC ainsi qu'une partie du groupe MR, Martine Machtelings et Ludovic Destrebecq, se sont abstenus. Gérard Blois et Pierre Fourdin (MR), l'élu Écolo et le groupe PS l'ont approuvé.

« J'ai voté ce budget puisque des choses importantes vont se faire au Centre omnisports du Préau, notamment pour l'assainissement de l'eau, de l'air et en matière d'économies d'énergie, ce que je plaide depuis longtemps », commente l'écolo Alain Drumel.