« Stambruges reste mon club de coeur »

Arrivé cette saison à Blaton, Jean-Sébastien Lamborelle s'y est bien intégré. Il garde toutefois un pied dans son ancien club : Stambruges.

Lisa GLENN

Jean-Sébastien Lamborelle, originaire de Liège, a un passé de basketteur bien rempli. « J'ai commencé à l'âge de sept ans, dans la région de Liège. J'ai fait toutes m es classes à la Renaissance Montegnée. » Jean-Sébastien Lamborelle intègre par la suite l'équipe senior de la Renaissance. « J'ai joué en provinciale 4 et notre équipe est montée jusqu'en provinciale 2. En 1995, j'ai quitté la Renaissance pour jouer deux saisons à l'Opeye en P1, raconte le sportif. Par la suite, j'ai rencontré mon épouse et nous sommes allés nous installer dans les Flandres, à Waregem. Je voulais continuer le basket ; j'ai donc rejoint un club de la région, le BC Wielsbeke. J'étais très étonné de la différence avec mon précédent club. La mentalité est autre et le jeu plus organisé, plus méthodique. »

De belles saisons à la JS

À Wielsbeke, Jean-Sébastien montera en Provinciale 1, mais bientôt, le joueur retrouve la Wallonie en choisissant de s'installer à Frasnes-lez-Anvaing. « J'ai fait un test à la JS Maffle, puis à Stambruges qui m'a signé directement, se souvient-il. C'était en 2001, l'équipe de P1 était coachée par Fabian Delattre. » Les « Campenaires » évoluent ensuite sous la direction de Nicolas Martin qui sera par après remplacé par Jean-Marie Populaire. Commence alors la belle époque pour l'équipe première stambrugeoise qui, en 2007, atteint la Régionale 1. « L'année de la montée était vraiment exceptionnelle. Je remercie encore aujourd'hui Jean-Marie de m'avoir donné ma chance ; je faisais partie intégrante de ce groupe, c'est un très beau souvenir. » Le basketteur évolue deux saisons dans la division avant de signer au BC Blaton et de rejoindre ainsi la P1 de Jean-Paul Semet. « À 35 ans, je voulais un peu ralentir le rythme, j'ai trois enfants et il faut avouer que je n'ai plus le physique des premières années. Je voulais toutefois continuer à m'entraîner et, de plus, j'avais la possibilité d'aider Blaton pour cette première année en P1. » Jean-Sébastien ne nourrit aucun regret « même si mon club de coeur reste Stambruges », sourit-il.

Le plaisir de coacher

Jean-Sébastien Lamborelle se passionne pour le jeu, mais également pour le coaching. « J'entraîne depuis l'âge de seize ans. J'ai débuté avec les poussins de la Renaissance Montegnée et depuis, dans chaque club où j'ai joué, j'ai entraîné les jeunes, raconte le coach qui exerce le métier d'instituteur. J'aime beaucoup travailler avec les enfants car sur un terrain, leurs progrès se voient directement, c'est très gratifiant. L'année prochaine, j'aimerais d'ailleurs recoacher une équipe de jeunes » Cette saison, il s'est lancé un tout nouveau défi en reprenant l'équipe de régionale dame de la JS. « Cela faisait déjà plusieurs années que le club me demandait de reprendre l'équipe première des dames », confie-t-il.

Le championnat avait bien commencé pour les « Campenaires », mais à l'heure actuelle, les filles enchaînent les défaites. « Notre objectif à long terme est de se sauver ; à court terme, il nous faut absolument prendre une victoire. Nous vivons des jours difficiles et moi-même, j'ai du mal à expliquer la situation. » Mais il en faut plus à l'entraîneur pour se décourager. « Je ne pensais pas m'aventurer dans un basket différent du jeu masculin ; mais aujourd'hui, je reste persuadé que ces différences ne sont pas si énormes et les difficultés ne sont pas insurmontables. »