Brussel-Texas cherche distributeur

D ominique Potenza, alias Maurice, est devenu en peu de temps un as du grand écran. Son film Brussel-Texas regorge de scènes hilarantes.

Alice MARICHAL

Maurice est un homme seul, naïf et dont le quotidien n'est guère satisfaisant, jusqu'au jour où, il gagne à l'Euromillions et décide de devenir une star. Après un énième casting décevant, il rencontre Elodie, une jeune réalisatrice ambitieuse, qui lui propose de faire un film sur lui. Très vite, Maurice se verra entouré d'un coach, utilisant la méthode officielle de Chuck Norris, d'un fils, en pleine crise d'adolescence et du grand frère Patrick, prêt à tout pour remettre ce dernier dans le droit chemin.

Le décor est planté, « Brussel-Texas » c'est le nom de ce long-métrage, réalisé par Quentin Montant et Renaud Skyronka, et dont l'acteur principal et producteur, n'est autre que Dominique Potenza, habitant de l'entité de Bernissart. Si sa villa ne vous est pas étrangère, c'est normal puisqu'elle fait l'objet de nombreuses scènes du film. « L'idée est née pendant le festival de Cannes 2008, durant lequel j'ai rencontré les deux réalisateurs. Le concept général nous est venu tout de suite et nous avons tourné les premières séquences lors du festival. Ensuite nous avons tourné à Paris, à Valenciennes, sur la place de Bruxelles, et même en Hollande. Ma maison s'est même transformée en plateau de tournage », raconte Dominique « Maurice » Potenza.

Croire en ses rêves

Passionné de cinéma dès son plus jeune âge, celui qui est né dans une famille d'origine italienne de dix enfants, monte volontiers sur les planches à l'école. Il devient vite le comique de sa bande de copains.

Mécanicien de formation, il n'oubliera jamais le septième art, joue les figurants dans des courts et longs-métrages et devient producteur. Aujourd'hui, à 50 ans, le Bernissartois est satisfait de l'aventure cinématographique qu'il a vécue et heureux d'avoir rencontré, non seulement des personnes au grand coeur, mais aussi des célébrités telles qu'Angelina Jolie ou Brad Pitt. « Le cinéma, c'est un microcosme dans lequel il est très difficile d'entrer, poursuit Dominique Potenza. Il y a tellement d'acteurs talentueux, qu'il y a forcément des comédiens déçus. Il ne suffit pas d'avoir du talent, il faut être culotté, avoir de l'audace, ne pas avoir peur du ridicule, et surtout croire en ce que l'on fait ...»

Sans Chuck Norris

Le long-métrage Brussel-Texas a déjà fait l'objet de deux projections à Paris. Celles-ci ont remporté un vif succès, au vu des éclats de rire et des commentaires positifs, ayant animé la séance. Dominique espère bientôt trouver un distributeur, afin de projeter son film dans la région montoise, où il est déjà très connu. Ensuite, il s'attaquera à la télévision et tentera de sortir un DVD. L'acteur ne s'arrêtera pas en si bon chemin, sa carrière est loin d'être achevée.

Et comme dit l'expression, « Il y a rire et rire », et en matière d'humour, Maurice a été plutôt gâté. « Nous avons bien rigolé sur le tournage, parfois on devait recommencer une scène des dizaines de fois. On bafouillait et on avait des fous rires mais au final, on était bien les uns avec les autres. C'était une chouette expérience, qui s'est déroulée dans une très bonne ambiance ».