Un virage à surtout bien négocier !

Grisaille de novembre ? Mais cela n'empêchera pas les supporters de vibrer lors des matchs que disputeront leurs favoris.

Hermann LINGG

Dimanche soir, les cent cinquante équipes hennuyères auront bouclé le premier tiers du championnat. Des positions se précisent déjà aux deux extrémités de tous les classements.

Entretenir des espoirs de montée n'est d'ores et déjà plus que le lot que d'une trentaine d'équipes dont bien heureusement la moitié de formations du Hainaut occidental. On suivra donc attentivement des rencontres telles Blaton-Kain en P1 ce soir (20h45), Quaregnon-Péruwelz en P2 messieurs également ce samedi (18h), Stambruges-Kain en P3 et Tournai-Templeuve en P4 demain (respectivement 17h et 10h) ainsi que Blaton-Estaimpuis en P2 dames également dimanche (11h30). Ici et là, on va grapiller ou... gaspiller.

Entretenir des espoirs de maintien est désormais le lot d'une douzaine d'équipes dont hélas cinq formations régionales. On suivra donc avec attention des rencontres telles La Louvière-Celles en P2 ce soir (18h), Cuesmes-JSE Enghien en P3 ainsi que TEF Kain-Stambruges en P1 dames également ce samedi (les deux à 20h). ici et là, on va respirer ou... soupirer.

Chaud et show à Bernissart Vu les affiches proposées ci-dessus, nul doute qu'il y aura du monde ce week-end au hall du Préau de Bernissart, fief des joueuses et joueurs de Blaton qu'entraînent respectivement Jacques Eloy et Jean-Paul Semet. Avec succès : dames et/ou demoiselles comptent tout au plus deux défaites et talonnent le quatuor de tête (un seul revers pour Blaregnies, Kain, Péruwelz et... Estaimpuis qui leur rend visite) alors que les messieurs, deux défaites talonnent les coleaders (un seul revers pour Charleroi et... Kain qui leur rend visite). Chaud compte tenu des enjeux du week-end, show compte tenu du talent individuel et collectif des équipes en présence.

Le coach-entraîneur des locales se veut mesuré dans ses propos d'avant-match mais affiche néanmoins de réelles ambitions. « Ce championnat est très ouvert et on y joue match après match sans se mettre la moindre pression. Accéder à l'élite en fin de saison ? N'évoquons pas ce sujet pour le moment. Je donne un entraînement par semaine à un groupe quasi toujours au complet et qui se donne à fond. C'est un réel plaisir de vivre cela et puis quel bon esprit de groupe. Battre le BéCé ? À domicile, je crois que c'est bel et bien faisable mais il faudra autrement mieux jouer en défense que face à Colfontaine . » De fait, encaisser 57 points face aux modestes Boraines, c'est... 20 de trop.

Quant à son alter ego, Jean-Philippe Derijcke, il n'aura pas manqué de programmer séances de shoots et séries de lancers francs à ses protégées. « Il est vrai que mes joueuses ont fait preuve de beaucoup de maladresse lors du dernier match face au BC Tournai. Le problème c'est que j'ai très peu de joueuses disponibles, blessures et obligations professionnelles se multiplient actuellement. Ce déplacement, diablement difficile, tombe donc à un très mauvais moment. On ne l'abordera pas en favori mais on tâchera néanmoins d'aller s'imposer . » Ne serait-ce que d'un point comme l'an dernier...