Clair comme de l'eau de roche

La SWDE est le principal producteur d'eau en Wallonie. Elle investit plus d'un million d'euros pour renforcer son captage de Blaton.

Stéphane Diricq

La valorisation des eaux de carrière pour sécuriser l'approvisionnement, à la Société wallonne on connaît ! La Transhennuyère de Gaurain-Ramecroix, opérationnelle depuis sept ans, a effectivement permis de soulager grandement la nappe de Pecq-Roubaix : fin 2008, le volume prélevé atteignait 16,83 Mm 3 pour 33 Mm3 en 1993.

« On constate aujourd'hui, commente Éric Van Sevenant, président du Comité de direction de la SWDE, un relèvement de 6 mètres de la nappe phréatique qui alimente les agglomérations de Courtrai, Tournai et Mouscron en Belgique et de Lille, Roubaix et Tourcoing en France. Cet exemple de valorisation des eaux d'exhaure a depuis été reproduit à Soignies et à Écaussines. » À Blaton, la Société wallonne des eaux finalise actuellement un chantier qui devrait aussi avoir des conséquences bénéfiques pour l'approvisionnement des habitants du Hainaut occidental. « Afin de soulager le site de captage et de pompage de la rue de l'Épine, à Blaton, actuellement en surexploitation avec un débit de 270 m3/h, la SWDE a décidé de s'approvisionner dans une ancienne carrière lui appartenant. » Le captage de Blaton alimente Bernissart, Péruwelz et la partie de Beloeil gérée par la SWDE. « Au final, ce sont plus de 150 m3/h d'eau potable qui seront captés grâce à cette carrière. » Cette carrière, inexploitée depuis plusieurs dizaines d'années, comportait déjà un captage d'eau. Il s'agissait alors d'eau de surface. « L'eau de surface est beaucoup plus exposée et donc plus sensible à la pollution par rapport aux eaux souterraines. Elle demande donc un traitement plus important qu'une eau pompée en souterrain. » Afin de se prémunir des inconvénients qualitatifs qui sont liés aux caractéristiques de l'eau de surface, la SWDE a décidé de créer des prises d'eau souterraines dans la carrière. « Pour cela, il a d'abord fallu pomper la boue accumulée sur le fond puis vider la carrière afin de localiser les différentes venues d'eau. Afin de pouvoir les exploiter, les prises d'eau ont été isolées dans des chambres puis connectées à la conduite existante, via des conduites indépendantes se rejoignant dans un puits de collecte », explique Éric van Sevenant.

Pour rendre ces nouvelles prises d'eau souterraines et donc éviter un plan d'eau stagnant, la partie profonde de la carrière a été remblayée par 10 000 m3 de cailloux et plus de 2 500 m3 de terre.

Une digue d'argile a été construite pour éviter tout contact avec les nouvelles installations et le reste de la carrière.

Le chantier, démarré en septembre 2008, devrait être terminé tout prochainement. Il représente un investissement de 1,2 million d'euros.

« À terme, grâce aux eaux de cette carrière, l'alimentation en eau de toute la zone desservie par le site de captage et de pompage de Blaton sera sécurisée. Le volume d'eau supplémentaire capté pourrait servir à l'alimentation de la partie du réseau géré par la commune de Beloeil, moyennant quelques travaux complémentaires, comme le renforcement du pompage et le remplacement d'une portion de conduite. Tout cela pourrait donc à terme renforcer durablement l'approvisionnement en eau des habitants de Beloeil. »