José Istace a survolé les bosses

Bonnes conditions samedi à Bernissart, pour les 132 coureurs qui ont bouclé les 32,600 km de la 3 e Dinosaurienne.

Le soleil était même de la partie à 14 heures, au moment du départ à Blaton, et les conditions sont restées bonnes pendant le déroulement de l'épreuve ; rien à voir avec la pluie de l'année dernière. Des quelque 170 inscrits, 150 ont pris le départ et 132 - dont 15 dames - sont arrivés au bout des 32,600 km. C'est un peu comme un paquet de café en promo : 10% gratuits... Puisqu'on annonçait une trentaine de kilomètres, et que pour le même prix, ils en ont eu 32,600 km. Sauf pour quelques participants qui furent privés de terril, la nuit étant tombée. Il en fut de même pour « Massimo » que l'on stoppa au bois de Bon-Secours.

La bonne surprise du jour est certainement la quatrième place d'Eddy Ericx qui était un peu chez lui puisqu'il a commencé l'athlétisme, en catégorie scolaire, au club de l'ALMA... à Bernissart (NDRL : triste de voir l'état de la piste !). Le Rebaisien, qui aura 43 ans, le 15 du mois prochain, a réalisé une toute bonne performance en devançant Vincent Bonnier et Emmanuel Depauw. «Je suis évidemment ravi : je visais une place dans les 20 premiers... Je suis parti comme un diesel puis j'ai remonté. Une petite surprise avec le terril en fin de parcours ; la cerise sur le gâteau. Je crois que j'ai trouvé ma course. C'est mon premier trail sur 30 km. Jusque-là, je n'avais couru que l'Enfer des Collines. À l'Alma, j'avais fait du cross mais aussi du décathlon... Ensuite, j'ai fait des raids, les 24 heures d'Ath, des petits joggings. Dans les trails, il y a vraiment une bonne ambiance. » On retrouve aussi Eddy dans les classements des 20 km de Velaines, en 2008, ou ceux des 20 km de la Forêt de Beloeil en 2009. Bonne fin de course pour lui car on le pointait à la dixième place au kilomètre 12.

Vanlede devant Loquet

Autre très bon résultat pour Ludovic Vanlede qui termine deuxième, s'intercalant entre José Istace et Thomas Loquet ; des pointures dans la région. Ludo est âgé de 28 ans et court depuis 4 ans. « C'était dur. Dans ce genre de course, je n'avais fait que l'Enfer des Collines, c'était donc mon premier 30 km. Je suis content de ma deuxième place mais c'est dommage car j'ai fait une erreur de parcours et j'ai certainement fait un kilomètre de plus... Je courrai le Mont de la Trinité dimanche à Kain. Trois jours plus tard, je participerai au semi de Ploegsteert. » Ludovic a suivi José Istace pendant près de 3 km. Il s'est ensuite fait reprendre, et lâché par Thomas Loquet qu'il est ensuite allé rechercher vers la mi-course. Pour Thomas Loquet, c'était « dur, dur ! Pas beaucoup de grosses côtes mais des casse-pattes. J'avais mal au genou et avais dû m'arrêter une semaine. Mais je n'ai rien ressenti pendant la course. »

« Ce n'était pas si dur, confie José Istace. Au total du dénivelé, il n'y avait pas de grosses difficultés. Ce sont les bosses et les obstacles qui se sont révélés fatiguant à la longue. Lors des derniers kilomètres, les jambes n'y étaient plus... » Malgré une vague errance dans la carrière Lebailly, José s'est largement imposé. C'est vrai que l'Ardennais d'origine, a fait une belle carrière en cross-country, avant de disputer aussi pendant quelques années, des courses de montagne.

Mais vous êtes fous...

Ils étaient cinq - dont trois dames -, samedi, à courir le trail quinze jours après le marathon d'Amsterdam : Christophe Duret, Judith Henneuse, Thierry Dubois, Françoise Conart et Vincianne Delabassée.

Il y avait aussi quelques athlètes du SMAC (Namur) dont Brigitte Demoulin qui a terminé fin août, les 166 km - et 9.400 m de dénivelé positif - de l'Ultra Trail du Mont Blanc, en 42 heures, se classant 877e et 20e en Aînée 1. « C'est un beau parcours mais il n'y a finalement que des bosses. » Brigitte a pris la troisième place de la course féminine derrière Florence Crowet et Lysiane Blanquart. Ce sont en effet trois dames de la catégorie C (A1) qui forment le trio de tête. En catégorie B, le podium est composé de Judith Henneuse, Vincianne Delabassée et Sophie Labenne.

C'est en effet Florence Crowet, toujours simple et sympa, qui termine première dame. « J'ai retrouvé mes baskets, dit-elle en plaisantant. Super, j'adore ! J'ai quand même été surprise de trouver tant de dénivelés dans la région. »