Perquisition et interpellations au dancing le Cube à Blaton

La patronne du dancing le Cube à Blaton, dans l'entité de Bernissart, et son fils étaient entendus lundi soir par un juge d'instruction de Tournai. On soupçonne cette discothèque d'être une plaque tournante d'un trafic de stupéfiants pour les "afters".

Perquisition et interpellations au dancing le Cube à Blaton

Une trentaine de policiers fédéraux ont opéré dimanche vers 19 heures une perquisition dans le dancing le Cube à Blaton, a-t-on appris lundi auprès du parquet de Tournai.

Les forces de l'ordre ont effectué une fouille des clients, du personnel de la discothèque et des locaux du dancing. Diverses quantités de drogue ont été découvertes.

"Il s'agit d'une enquête et d'une instruction qui ont été lancées il y a plusieurs mois. Plusieurs personnes ont été entendues par la police et un magistrat instructeur", a laconiquement indiqué lundi soir le 1er substitut du procureur du roi de Tournai Jean-Bernard Cambier.

La patronne du dancing et son fils étaient toujours entendus lundi soir au palais de justice de Tournai. Coups de feu, bagarres fréquentes, trafic de stupéfiants sont à mettre au compte du Cube, une boîte qui accueille essentiellement des "afters".

"Concernant les heures d'ouverture des dancings, nous venons d'apprendre que le Conseil d'Etat a donné raison à la commune de Pecq qui impose la fermeture des discothèques entre 8 heures du matin et 20 heures", a encore précisé le substitut Cambier, une décision pourrait faire jurisprudence pour d'autres communes concernées par le même phénomène.