Breyne remercié à Warcoing

Battus la semaine dernière, Warcoing, Belœil et Lessines-Ollignies espèrent inverser la tendance en retrouvant leur pelouse respective.

Laurent BECQUART
Breyne remercié à Warcoing
avant journée 13 P1 ©ÉdA

Une chose est certaine, nos trois équipes régionales ne peuvent pas rendre un plus mauvais bulletin que la semaine dernière. L ‘heure est donc au rachat. Mais leurs adversaires n’ont pas envie de se présenter en victimes consentantes, histoire de consoler les supporters locaux. À commencer par Binche. Le nouveau co-leader de la série se déplace à Lessines-Ollignies avec la ferme intention de garder son joli statut.

Jean-Luc Depluvrez n'aura rien à perdre face à l'armada visiteuse. «J'espère que nous nous montrerons dignes de cette belle affiche. Binche s'inscrit comme une équipe typique de P1, donc très solide. C'est costaud derrière. De plus, elle pourra compter sur le retour de Di Nolfo, l'ex-Acrenois. Malheureusement, nous devrons composer sans Bryan Losterman qui est suspendu. Ce sera l'occasion pour un autre joueur de démontrer qu'il peut postuler au noyau A en montrant ce qu'il sait faire.»

Si Châtelet et Binche sont au faîte, c'est parce que Warcoing a mordu la poussière la semaine dernière. Le bilan d'un point sur six fait plutôt tâche sur le blason de l'Olympic. David Marani, le coach houdinois qui débarque ce dimanche au chemin XV, pose deux alternatives. «Ou Warcoing marque vraiment le pas et nous pourrons alors en profiter. Ou nous allons payer la note de son sursaut!»

Après l'entraînement de jeudi soir, Philippe Breyne a été remercié par les dirigeants locaux. «Cela faisait une semaine que je ne parvenais plus à joindre quelqu'un au club. Cela sentait donc mauvais. Je vais donc avoir quelques loisirs supplémentaires…»

«Les résultats en dents de scie de ces dernières semaines lui ont été préjudiciables. Nous sentons également que le groupe n'est plus derrière lui. Même si c'est à contrecœur, nous devons réagir vite au regard de nos ambitions», justifie Chantal Delapierre, la CQ warquinoise.

Hécatombe unioniste

Battue à Houdeng, l'Union beloeilloise ira en appel à domicile face à Gosselies. Un rendez-vous doublement difficile pour Freddy Destrain. «Tout d'abord, il y a l'adversaire qui ne sera pas facile à manier. Gosselies est une bonne équipe qui pratique un beau football. D'autre part, je dois faire face à une kyrielle de défections. Mohamed El Araïchi n'est pas remis, Lukuamusu devra finalement se faire opérer du genou et Sylvain Berton s'est occasionné une entorse. Ils s'ajoutent aux suspendus Florian Berton et Édouard Latour alors que le jeune Mestdagh a décidé de rester définitivement en P3 et de ne plus honorer ses sélections en équipe A. Maintenant, j'ai un noyau de vingt joueurs. Les malheurs des uns faisant le bonheur des autres, j'espère qu'ils afficheront du caractère pour s'imposer. Je veux, en tout cas, revoir un esprit collectif au sein du noyau. Il a parfois disparu à Houdeng. De plus, les garçons doivent encore améliorer leur communication sur le terrain», résume Freddy Destrain.