Les ALE de Wallonie picarde, c’est plus de 1 000 prestataires à votre service

Le château Burbant d’Ath a été le cadre lundi dernier d’une journée de réflexion sur le devenir des agences locales pour l’emploi.

La Rédaction de L'Avenir
 Accueilli par Albert Dutilleul, président de l’ALE d’Ath, et Bruno Lefèbvre, bourgmestre d’Ath, le public était principalement composé d’agents ALE, de membres des conseils d’administration des ALE et de représentants du Forem, qui détache des agents dans les ALE.
Accueilli par Albert Dutilleul, président de l’ALE d’Ath, et Bruno Lefèbvre, bourgmestre d’Ath, le public était principalement composé d’agents ALE, de membres des conseils d’administration des ALE et de représentants du Forem, qui détache des agents dans les ALE. ©-ALE/Sandrine DeghoUY

Lundi, à l’initiative de l’ALE et de la Ville d’Ath, une centaine de personnes avaient rallié le Château Burbant pour une conférence-débat portant sur les Agences Locales pour l’Emploi et leur avenir.

Dans les vingt-trois communes de Wapi, les Agences Locales pour l’Emploi comptabilisent 1 010 prestataires actifs. Chaque jour, ces prestataires rendent divers services à la population de Wapi. La plupart d’entre eux sont actifs dans les écoles, pour les temps de garderie, chez des particuliers, dans le cadre notamment de petits travaux de jardinage et de bricolage, mais aussi au sein d’ASBL ou pour le compte des autorités locales, réalisant diverses tâches non réalisables via un contrat de travail "classique".

Une rémunération qui n’a pas bougé depuis 20 ans…

La rétribution horaire de ces prestataires n’a pas évolué, restant coincée à 4,10 € par heure, montant qui vient s’ajouter aux allocations de chômage ou au revenu d’intégration sociale que touche le prestataire.

En 2022, ce sont plus de 340 000 heures de travail qui ont été prestées par les citoyens de Wapi inscrits auprès de l’ALE de leur commune. Un nombre d’heures impressionnant, mais néanmoins en nette diminution ces dernières années. Dès lors, il était important pour les ALE de se pencher sur leur avenir. Les échanges entre les représentants des ALE, organisées en ASBL, et le Forem, ont été fructueux et les différentes parties ont promis de se revoir dans le but de redynamiser la mesure.

Car sans ALE, ce sont 3.588 particuliers, 181 écoles, 400 ASBL, 26 agriculteurs et horticulteurs et l’ensemble des communes qui se retrouveraient bien démunis. "Rien qu’à Ath, nous collaborons avec 24 écoles de l’entité, notamment pour les garderies du matin, du temps de midi, du soir, ou encore pour la livraison des repas," raconte Angélique Foucart, Agent Forem détachée à l’ALE.

Tout en ne perdant pas de vue leur mission de remise à l’emploi des chômeurs de longue durée, les ALE de Wapi sont devenues, au fil du temps, des acteurs incontournables dans la vie de leur commune.

Une variété de services dans diverses communes

Dans certaines villes, d’autres services à la population ont été développés. On pense ici aux taxis sociaux, à l’enlèvement d’encombrants et de recyclables ou encore aux sections titres-services (nettoyage à domicile) développées par Tournai, Mouscron, Comines, Belœil et Péruwelz.

En plus d’être un acteur de la vie de leurs communes, ces ALE engagent à elles cinq plus 300 aides – ménagers et ménagères. "À Comines, nous avons 130 personnes sous contrat et remplissons des missions d’aide ménagère chez 950 clients environ" avance Frédéric Vancoillie, le président de l’ALE de Comines-Warneton.

Vous êtes demandeur d’emploi et souhaitez prester en ALE ? Vous souhaitez bénéficier des services proposés par l’ALE ? Contactez l’ALE de votre entité, dont les coordonnées sont reprises sur le site de la commune.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...