Des agriculteurs bloquent le centre logistique de Colruyt à Ollignies

De nombreux agriculteurs ont dénoncé mercredi midi ce qu’ils appellent le système " d’accaparement des terres " du groupe Colruyt.

Audrey Ronlez

Des dizaines de tracteurs en rangs serrés ont rejoint mercredi midi le centre logistique de Colruyt dans le zoning Orientis à Ollignies. A coups de klaxon, ils entendaient protester une nouvelle fois contre ce qu’ils appellent "l’accaparement des terres" mené par le puissant groupe belge de distribution. Un système qui met clairement en péril leur profession.

 «Paysan. ne.s en colère contre l’accaparement des terres»
«Paysan. ne.s en colère contre l’accaparement des terres» ©ÉdA

"Colruyt rachète à prix d’or les terres agricoles", explique Vincent Delobel, à la fois membre de la FUGEA (syndicat agricole) et de RéSAP (réseau de soutien à l’agriculture paysanne) qui sont à l’initiative de cette action. "Cela participe à la flambée des prix qui ne permet plus aujourd’hui aux agriculteurs d’acheter des terres. Mais s’il n’y avait que ça… Une fois ces terres acquises, Colruyt ne veut pas nous les louer sous bail à ferme. Ils exigent des contrats afin de pouvoir fixer des montants de fermage plus importants, de limiter la durée de la location, mais aussi de bafouer notre liberté de culture et de commercialisation."

Le syndicat dénonce également la perception, par le groupe Colruyt, des subsides européens de la PAC qui se veulent être des aides au revenu agricole.

Un dialogue rompu

Si les agriculteurs ont décidé de mener cette nouvelle action juste avant les fêtes, c’est pour marquer le coup et manifester leur mécontentement suite à l’arrêt des discussions avec les responsables du groupe Colruyt.

" Suite aux différentes actions de sensibilisation auprès des consommateurs menées ces derniers mois, la FUGEA et le RéSAP ont été reçus par le groupe agroalimentaire le 20 octobre. Nous nous y étions entendus avec Colruyt pour prévoir une seconde réunion, mais le groupe a souhaité stopper la discussion, notamment sur la question du bail à ferme. "

Un bail à ferme sans lequel les agriculteurs ne peuvent résister à la pression économique.

"Il nous est impossible de mettre en place des pratiques agricoles durables sans un accès à la terre durable…"

Problèmes de mobilité

Les agriculteurs avaient surtout pour volonté de bloquer l’entrée et la sortie des camions des sites Colruyt (tant à Ollignies qu’à Ghislenghien).

Cependant, pour rendre leur action visible, ils ont ralenti la circulation à l’abord des zonings et de la sortie de l’autoroute A8. Le va-et-vient des camions a ainsi causé, à cette heure de pointe, des bouchons et embarras de circulation.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...