À Ath et dans douze autres écoles, une formation dédiée aux métiers de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité

Dès septembre prochain, une nouvelle option « Aspirant. e aux métiers de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité » sera organisée dans l’enseignement qualifiant (treize écoles de différents réseaux) en Fédération Wallonie-Bruxelles.

-

Ce vendredi, dans les locaux de l’Institut Technique de la Communauté Française Renée Joffroy à Irchonwelz (Ath), Ludivine Dedonder, ministre de la Défense, et Caroline Désir, ministre de l’Education, ont officialisé une nouvelle offre de formation dans l’enseignement technique de qualification en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Dès la prochaine rentrée 2022 une nouvelle option "Aspirant. e aux métiers de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité" sera organisée dans treize écoles des réseaux officiels et libre, en Wallonie et à Bruxelles, dont la liste sera approuvée définitivement par le Gouvernement dans les prochaines semaines. Dans le Hainaut occidental, une seule école est concernée pour l’instant: l’Institut Renée Joffroy d’Irchonwelz. Une deuxième "vague" est prévue un peu plus tard, avec sans doute une école tournaisienne.

Faire connaître des métiers

Les objectifs de la formation "Aspirant·e aux métiers de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité" sont de mieux faire connaître ces métiers, d’augmenter leur attractivité et leur reconnaissance alors que plus de 4.000 postes y sont toujours vacants, de faire acquérir les compétences professionnelles et physiques nécessaires pour faciliter l’entrée sur le marché du travail dans les professions de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité, et de préparer les élèves à accéder à l’enseignement supérieur et/ou à des cours de formation avancée spécifiques.

Pour mettre en place cette nouvelle option, la Fédération Wallonie-Bruxelles, les représentants des Fédérations de pouvoirs organisateurs et de Wallonie-Bruxelles Enseignement ainsi que les services publics fédéraux concernés ont travaillé de concert pour déterminer ensemble la meilleure manière d’organiser cette formation dans l’enseignement secondaire.

Trois années

L’option sera organisée dans l’enseignement technique de qualification sur trois années, en 4e, 5e et 6e. Elle est mise en place en collaboration avec cinq corps de métiers relevant du pouvoir fédéral, à savoir la Défense, la Police, les pompiers, les agents pénitentiaires et les agents de sécurité/gardiennage.

"La formation consistera en une formation générale commune à l’enseignement secondaire technique de qualification et en une formation relative à l’acquisition des compétences des qualifications professionnelles spécifiques aux métiers concernés, le tout complété par des activités au choix de l’école" précise la ministre Caroline Désir. " Les apprentissages concernant les compétences des qualifications professionnelles spécifiques aux secteurs seront dispensés par des formateurs externes à l’enseignement et désignés par les partenaires concernés. Je me réjouis de l’engouement constaté autour du projet, gage de réussite dans sa mise en place et pour la montée en puissance prévue pour les années scolaires suivantes."

Pour la collectivité

Ludivine Dedonder est également très enthousiaste, alors que son département recrute constamment dans des domaines très variés. "Grâce à la convergence des efforts de tous les partenaires, nous officialisons aujourd’hui une nouvelle orientation dans l’enseignement qualifiant. Avec ce programme d’étude, nous souhaitons que les jeunes candidats potentiels développent leurs connaissances des métiers du secteur de la Défense, de la prévention et de la sécurité et qu’ils soient également mieux informés des défis et des opportunités. Cette option “Aspirant·e aux métiers de la Défense, de la Prévention et de la Sécurité” permettra de se former et de se préparer à une vie professionnelle au profit de la collectivité. Pour certains d’entre eux, ce sera au sein d’une Défense forte, l’outil multi-usage de la Nation, capable de répondre rapidement aux crises nationales et internationales."