Six siècles pour l’église Saint-Julien

Le culte est célébré en l’église Saint-Julien, intra-muros, depuis 610 ans. Mais l’église a été dédicacée à saint Julien en 1415.

F.H.
Six siècles pour l’église Saint-Julien
Ath, Ducasse 2014 ©ÉdA – 203933274331

Quarante ans pour le groupe du Canon. Cinquante ans pour la chorale Rencontre. Trois cents ans pour Madame Goliath. Et six cents ans pour la dédicace de l’église Saint-Julien.

Les anniversaires ne vont pas manquer cette année, à l’occasion de la ducasse d’Ath. Ils sont d’ailleurs tous liés, et enracinés dans l’histoire (et le folklore ensuite) de la cité.

Si on a fêté (mais de manière assombrie finalement vu le contexte du drame de Ghislenghien) les 600 ans de l’église Saint-Julien en 2004, on marque cette année les six siècles de la dédicace de l’église à saint Julien de Brioude.

L’historien Jean-Marc Depluvrez est particulièrement intéressé par cet anniversaire, et par l’histoire de l’église.

«Un petit groupe s'est réuni et il a défini un plan d'action pour l'année Saint-Julien» explique-t-il.

Des coïncidences?

«Cette année est importante à plus d’un titre. Les coïncidences de date, à un moment, ne peuvent pas être le fruit du hasard. En 2004, on fêtait le 17e centenaire du martyre de saint Julien, et cela coïncidait avec les premières célébrations faites dans l’église Saint-Julien en construction.»

«Aujourd'hui, en 2015, on fête le 6e centenaire de la dédicace de l'église» poursuit l'historien. «Il se fait que cette année est aussi celle où apparaît Madame Goliath. Si on regarde dans les comptes de la Ville pour l'organisation du cortège, il ne se passe rien en 1714 et en 1716; mais en 1715, on décide que la fête doit être plus importante; on crée Madame Goliath. Et, autre coïncidence, 1715 est aussi le 300e anniversaire de la dédicace de Saint-Julien. Tout cela pour montrer que tous les événements de la ville sont liés à saint Julien. C'est un élément moteur de tout ce qui se passe. Évidemment, il n'y a pas de motivation formelle pour la création de Madame Goliath en 1715, sauf que cela tombe justement cette année-là…»

«Cette année-ci, nous voulons donc marquer l’anniversaire de ce qui est le cœur et le moteur de la vie athoise, c’est-à-dire saint Julien et son culte à Ath. Modestement, nous allons tenter de le rappeler toute cette année-ci.»

Des conférences

Jean-Marc Depluvrez donnera lui-même trois conférences, en avril, en juin et en août.

«La première traitera de saint Julien, le saint qui vient de Brioude» indique-t-il.

«La deuxième sera consacrée aux idées de saint Julien, un saint qui va avoir des aventures disons «transformistes». Au départ, c’était un saint «militaire», mais il est devenu ensuite un saint «hospitalier». C’est un l’aspect lié à l’imaginaire du saint. On en vient même à imaginer dans le sud de l’Italie que saint Julien est né à Ath.»

«La troisième conférence, peu avant la ducasse, sera axée sur l’implantation d’un culte de saint Julien à Ath. On évoquera plus particulièrement la première localisation de l’église au Vieux Ath (Saint-Julien hors les murs).»

Hormis ces trois conférences, il y aura d'autres initiatives. «Comme l'invitation à Esther Dehoux (professeur à l'université de Lille) par l'UTD, Esther Dehoux dont la thèse a été consacrée à saint Julien de Brioude dans les écrits de Grégoire de Tours; elle est spécialiste des saints militaires. Il y aura également des manifestations particulières pour la fête de la dédidace au mois de mai.»

«Parallèlement, les deux communautés paroissiales d’Ath et de Brioude se rendront visite de manière réciproque. On fête saint Julien à Ath le 4e dimanche d’août et à Brioude le dernier dimanche d’août; et cette année, il y a cinq dimanches…»

«D’autres initiatives seront prises; elles doivent encore être étudiées.»