« Feel », un rock instinctif qui transperce

L’ascension du groupe régional est fulgurante. En l’espace de deux mois, le trio de rockeurs s’est offert l’Envol des Cités avant le Ronquières Festival.

Pierre-Laurent Cuvelier
« Feel », un rock instinctif qui transperce
Groupe Feel ©focale 2.8 / Alain Heymans

Moins de deux ans après l’émergence du groupe «Feel », un nom qu’il faudra assurément retenir, le chanteur Kevin Cools et ses deux amis musiciens, François Hantson (bassiste) et Martin Moreau (batteur), sont en train de réaliser une véritable percée avec leur rock alternatif. Autodidacte, ce jeune trio originaire du Pays des Collines va en effet de consécration en consécration en cette année tremplin dans leur carrière. Leur créativité débordante dans des compositions personnelles qui sonnent juste a d’ailleurs fini par taper dans l’œil des professionnels.

Déjà lauréat en juin dernier de l’Envol des Cités, un programme d’accompagnement pour les groupes émergents, «Feel » vient d’enchaîner par une première grande scène. Le week-end dernier, ils ont ainsi eu le privilège de pouvoir inscrire leur nom à l’affiche du Ronquières Festival en se produisant à l’ombre du plan incliné.

Retour sur une sacrée ascension qui trouvera encore son apothéose au printemps prochain, avec la sortie de leur tout premier opus, produit par le bassiste de Machiavel.

Cette invitation à jouer au Ronquières Festival, c’est la plus belle des récompenses?

C’est sûr que ce n’est pas tous les jours que l’on a l’opportunité d’évoluer dans des conditions pareilles, qui plus est face à des milliers de personnes. Avant de fouler la scène Babord pour y livrer notre set de 40 minutes, la tension et l’adrénaline étaient palpables comme jamais.

Mais cela fait plaisir de voir que les festivaliers ont adhéré à nos chansons alors que la plupart d’entre eux nous découvraient. Quand on y pense, c’est un peu fou de se dire qu’on est parvenu à atterrir à ce festival alors que l’on compose nos titres à la maison.

Sans ce prix du jury remporté à l’Envol des Cités, vous n’en seriez pas là?

Effectivement, cette reconnaissance a été l’élément qui a tout déclenché et nous a permis de jouer à Ronquières. En concurrence avec neuf groupes issus de Wallonie pour les quatre dates (Charleroi, La Louvière, Frameries et Tournai) on a su séduire le jury. Et vu la qualité artistique en face, il s’agit d’une belle surprise. Pour autant, nous avons tout mis en œuvre pour en arriver là, avec l’ambition que cette aventure nous permette d’être encore plus à l’aise sur scène.

Votre actualité, c’est aussi la sortie de votre premier album en mars 2015?

Grâce à l’Envol des Cités, nous allons pouvoir enregistrer un CD de dix titres, sur lequel nous travaillons actuellement, et qui seront aussi disponibles sur diverses plateformes de téléchargement. Cet album va nous donner la possibilité de passer d’un univers plus confidentiel à quelque chose de plus professionnel. Maintenant, il faut rester les pieds sur terre, on est au bout du tremplin sans être encore véritablement lancé.

Quelles sont vos sources d’inspiration?

Nos influences, ce sont des artistes comme Jimi Hendrix, Led Zeppelin ou Jeff Buckley. Mais nous ne voulons surtout pas nous enfermer dans un carcan particulier. Notre musique aux sonorités rock, on veut qu’elle soit un plat avec plein de couleurs et d’épices différentes.

Comment votre band s’est-il formé?

«Feel » a vu le jour il y a un peu moins de deux ans suite à une succession de rencontres et de discussions. Chacun avait son expérience musicale propre dans d’autres groupes mais l’on se connaissait de vue puisque nous partagions certaines scènes de la région. C’est comme ça que l’on a été amené à se côtoyer et à émettre l’idée de cette nouvelle formation.

Et la sauce a directement pris?

Au niveau du public, on s’est rendu compte que cela fonctionnait bien, avec des bons retours de nos premiers concerts. Et très rapidement, il y a eu une espèce d’alchimie musicale qui s’est créée entre nous et que l’on n’avait jamais pu trouver auparavant. L’ensemble du groupe garde à l’esprit de faire de la bonne musique en prenant son pied. Le plaisir, c’est vital dans la musique.