Pas tous égaux face aux coûts scolaires

La Ligue des familles part en campagne contre les inégalités scolaires à travers les factures trop salées tout au long de l’année.

Fanny GERRAERTS
Pas tous égaux face aux coûts scolaires
achats de la rentrée ©Eléonore H – Fotolia

Verdict: 413€ par an et par enfant. C’est le coût moyen (fondamental et secondaire confondus) engendré par les dépenses scolaires, en ce compris les fournitures, les sorties et le soutien, selon une récente enquête de la Ligue des familles*.

Un chiffre élevé, mais surtout très disparate (variation d’un à trois) en fonction du «standing» de l’établissement et même d’une classe à l’autre, dénonce le mouvement citoyen qui part en campagne contre les inégalités. Tout au long de l’année, il se rendra dans plusieurs villes de Bruxelles et de Wallonie pour une sensibilisation auprès des parents. Hier, un groupe était présent dans des écoles athoises, avant une rencontre «atelier des parents» sur le thème «L’école à quel prix?», le 12décembre à 19h45 (à la Maison Culturelle d’Ath, Cave n°3, rue du gouvernement).

La Ligue des familles cible quatre axes: les fournitures, les excursions, le soutien scolaire et les repas.

1. Les frais de matériel scolaire sont fonction des choix des parents (cartable neuf chaque année ou récupération? ) mais aussi des exigences des professeurs. «Cela va de la liste très sobre à celle impressionnante de gadgets pédagogiques, comme les petits tableaux blancs individuels avec marqueurs effaçables, commente Denis Lambert, Directeur Général de la Ligue. A-t-on déjà pensé aux stocks de tubes de colle, qui sécheront, achetés en début d'année? Il y a une vraie réflexion de consommation à développer. » La moyenne des dépenses s'élèverait tout de même à 89€ par an en maternelle, 142€ en primaire et 254€ en secondaire.

2. La Ligue ne se dit pas opposée aux voyages scolaires, véritables outils de découverte surtout pour les élèves de milieux défavorisés, à condition de renforcer leur justification pédagogique. «La classe verte, d'accord, mais le parc d'attraction, beaucoup moins! ». Par ailleurs, certains établissements utiliseraient le voyage scolaire comme outil marketing, voire de discrimination. «Ils revendiquent le voyage un peu chicos. Et si vous n'avez pas les moyens, passez votre chemin jusqu'à l'école d'à côté. Donc, le principe selon lequel 90% des parents doivent marquer leur accord n'est pas le bon. Tout est question de standing. Il faut mettre des plafonds financiers.»

3. Un enfant sur six serait concerné par du soutien scolaire extérieur, donc des cours «privés». Et là, les plafonds financiers atteignent des sommets: de 1000€ à 2000€ par an. «Certains professeurs vont jusqu'à se recommander eux-mêmes, pour des cours payés «en noir» évidemment. » Un système de remédiation généralisé, interne aux écoles, serait donc indispensable pour assurer l'égalité entre les enfants, quel que soit leur environnement social.

4. Une alimentation de qualité à petit prix, enjeu de santé publique, reste un des leitmotivs de la Ligue de famille. «Pourquoi laisser les écoles se débrouiller seuls face à la pression de l'industrie agro-alimentaire et bricoler avec toutes sortes de contraintes? Nous venons d'obtenir une victoire puisque la Communauté française propose un cahier de charge standard pour l'alimentation.»

*L’enquête a été réalisée sur base volontaire: 35 familles, pour un total de 69 enfants, ont participé, factures à l’appui.

Réservation pour l’atelier des parents du 12décembre au 0474 98.99.51 ou p.monnier@liguedesfamilles.be