Antoing : pas d’augmentation pour les immondices mais c’est la dernière fois si on ne fait pas d’effort...

Le coût-vérité du traitement des déchets est au ras des pâquerettes. Faire un effort évitera une augmentation de la taxation…

Frank Ghislain
 Il faudra absolument trier ses déchets pour éviter une hausse des taxes.
Il faudra absolument trier ses déchets pour éviter une hausse des taxes. ©ÉdA

Après une minute de silence en mémoire de l’échevin Thierry Desmet, inopinément décédé mercredi dernier, le bourgmestre Bernard Bauwens a signalé que la conseillère Carine Bocquet (ex GO) siégerait désormais comme indépendante .

Les élus se sont ensuite penchés sur le renouvellement des taxes et redevances pour l’exercice 2023. Concernant la taxe sur l’enlèvement des immondices et la redevance sur les sacs poubelles, le bourgmestre annonce d’emblée: "Ces points seront discutés en séance, sur base des derniers éléments fournis par Ipalle". En matière de déchets, la Wallonie impose aux communes le coût-vérité: le rapport entre les recettes et les dépenses doit se situer dans une fourchette allant de 95 à 110%. "À Antoing, pour le coût vérité réel, nous étions à 97% en 2021. Pour 2022, on est à 95,19%, la limite ! Pour l’exercice 2023, on ne va pas augmenter les taxes et les sacs seront toujours gratuits. Les sacs supplémentaires seront vendus à 1 € l’unité. Cependant, vu les chiffres, il faut absolument motiver les gens à effectuer du tri sélectif et à se rendre au parc à conteneurs. Le coût du recyparc est de 33,74 € par habitant et le coût des déchets est de 14,77 € par habitant. Pour sa part, la collecte augmente de 15%. Globalement, le coût par habitant est de 55,68 €", a commenté Bernard Bauwens.

En matière de recettes, la taxe sur les immondices rapporte 364 000 €. À ce montant il faut ajouter la vente des sacs poubelles (67 000 €), soit un total de 431 866 €. Face à ces recettes, les dépenses sont de 453 711 €, d’où un coût-vérité de 95,19%.

Si on ne trie pas…

"On n’a pas le choix. Il faut absolument inciter la population à diminuer ses déchets. Il faut absolument rester au-dessus de la barre des 95% si non… il faudra augmenter la taxe", a réinsisté le mayeur. "Le plus beau des déchets, c’est celui qui n’existe pas", a ajouté Pascal Detournay, le directeur général.

"Vos calculs ne sont pas corrects. À Antoing, il y a 1682 personnes qui vivent seules. La taxe est inégalitaire. D’autre part, le coût de notre recyparc est élevé d’autant qu’il gère deux communes, Antoing et Brunehaut", est intervenu Samuel Vincent (UCA) qui s’est abstenu.

"Moins de déchets égale moins de coût pour la collecte et moins de coût pour l’incinération" a précisé le DG. "Avez-vous pensé à distribuer des sacs plus petits, je pense à ceux qui vivent en appartement ?", a demandé Carine Bocquet. "Ipalle nous le déconseille au niveau du ramassage car les ouvriers doivent se baisser plus bas et connaissent des problèmes d’articulations", a signalé Bernard Bauwens. "Il faut être clair avec les gens. Si on ne trie pas, on paiera plus cher l’année prochaine", a précisé Luc Denayer (GO) dont le groupe a approuvé le point. Pour 2023, la taxe déchets sera de 83 € (1 personne), 106 € (2) et 134 € (3 et plus).