« Il n’y a pas de profil type pour les marchands de sommeil ! »

Steve Achiepo a présenté un film montrant que, même altruiste, un marchand de sommeil est dangereux.

A.R.
 Steve Achiepo était à Tournai pour rencontrer les festivaliers.
Steve Achiepo était à Tournai pour rencontrer les festivaliers. ©édA

Marqué par des années de prison, Djo vit modestement chez sa mère avec sa fille. Un jour, une tante qui fuit le conflit ivoirien, débarque chez eux avec ses enfants. Dans l’urgence, Djo réussit à lui trouver un local. Très vite, d’autres réfugiés rejoignent sa tante et il doit trouver une solution. Il devient, par la force des choses et avec une grosse part d’altruisme, marchand de sommeil.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...