Alcoolisé et sous axiolytiques, un Péruwelzien cogne deux policiers

Un habitant de Péruwelz a porté des coups à des policiers à deux reprises entre mai et juin 2021. "Il était hors de contrôle."

C.P.
 L’homme était sous traitement médicamenteux pour soigner sa dépression quand il a consommé de l’alcool.
L’homme était sous traitement médicamenteux pour soigner sa dépression quand il a consommé de l’alcool. ©delkro - stock.adobe.com

Deux inspecteurs de la zone de Police de Bernissart-Péruwelz ont subi des coups le 17 mai 2021 en s’approchant du domicile d’un Péruwelzien. Un mois plus tard, le 11 juin, l’individu s’en prend à nouveau à deux inspecteurs et griffe une vitre avec un couteau.

"Il était hors de contrôle", ont assuré les policiers dans leurs dépositions. Pourtant l’homme est inconnu des services de police. "C’est étonnant qu’on ne connaisse pas ce monsieur quand on voit la vidéo de surveillance et les coups qui ont été portés", s’est interrogé dans un premier temps le procureur du roi interloqué par l’attitude de l’agresseur.

L’homme a dû répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel. Il ne les conteste pas, en revanche, il ne s’en souvient plus. "J’étais dans une mauvaise passe, je prenais des anxiolytiques et j’avais consommé de l’alcool", confie le prévenu devant le tribunal.

Il s’est repris en main

" Monsieur a 37ans, aucun antécédent, et en un mois de temps, il commet deux faits d’une grande violence. Cependant, il n’a pas attendu de recevoir la citation du parquet, comme beaucoup d’autres auraient fait, pour se reprendre en main. Nous avons reçu des documents attestant un suivi psychologique depuis début juillet.

A l’origine j’aurais requis treize mois avec un sursis probatoire, mais Monsieur ayant compris la gravité de la situation, je demande une suspension probatoire ", s’est exprimé le procureur du roi.

Pour l’avocat du prévenu, ce dernier était dans un état d’ivresse involontaire à cause de la prise de médicaments. Il plaide l’irresponsabilité de son client au moment des faits et demande l’acquittement. Cependant aucune expertise n’a été réalisée à ce sujet.

Le jugement sera connu le 20 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...