250 élèves mobilisés dans leur cour d’école pour Olivier Vandecasteele à Tournai (vidéo)

Touché par la situation d’Olivier Vandecasteele et par la douleur de sa famille, un élève de douze ans de l’athénée Jules Bara, à Tournai, a provoqué une mobilisation au sein de son école. Quelque 250 élèves du premier degré ont réalisé ce vendredi un flash mob dans la cour et participé à la rédaction d’une lettre.

Christophe Desablens

Le déploiement d’une bâche géante sur le beffroi de Tournai pour apporter du soutien à l’humanitaire Olivier Vandecasteele, en présence de la famille et de plusieurs centaines de personnes, la semaine passée, avait pour objectif de mobiliser les citoyens. Pour diffuser l’affiche, signer la pétition, etc. Louis Douliez, 12 ans, était présent lors de cette action avec son papa. Et ce moment de solidarité l’a beaucoup marqué. "Il n’a pas exprimé un mot dans la voiture sur la route du retour. Et à un certain moment il m’a dit: il faut faire quelque chose: demain, je distribuerai des affiches à l’école", nous raconte son papa.

 Les élèves du premier degré ont participé à l’action dans la cour d’école ce vendredi matin.
Les élèves du premier degré ont participé à l’action dans la cour d’école ce vendredi matin.

Sur la chanson « Imagine » de John Lennon

"J’ai été très touché quand la famille a pris la parole au pied du beffroi. Une des sœurs avait demandé d’inonder les réseaux sociaux pour faire réagir la population. J’ai eu envie dès le lendemain de sensibiliser tous les élèves du premier degré de Bara sur la situation d’Olivier Vandecasteele, et de faire bouger les choses comme je pouvais à mon niveau", nous raconte Louis, élève de première année et délégué de classe.

"Ma prof de français, la préfète et mes éducatrices, m’ont bien aidé, parce que je n’aurais bien sûr pas réussi seul. On a eu l’idée de représenter avec la chorégraphie une fleur qui renaît, sur la musique d’une des chansons préférées d’Olivier Vandecasteele: Imagine de John Lennon".

Anne Meersseman, la préfère de l’école, dit être très heureuse d’avoir pu accompagner l’élève dans son projet. "Tout s’est fait en deux jours seulement. Avec la titulaire de classe, Véronique Valembois, et une éducatrice, Isabelle Geurts, une chorégraphie a été préparée, une répétition a été mise sur pied jeudi, et finaleent le flash mob a pu se dérouler ce vendredi matin dans la Cour Renaissance de l’école".

Des prolongements dans les classes

Tous les élèves du premier degré ont pris part à l’action, soit quelque 250 élèves.

Véronique Valembois, titulaire et prof de français de l’élève, dit avoir beaucoup apprécié la manière avec laquelle le projet a germé. "Au départ, ce sont des parents qui parlent avec leur enfant d’un sujet de société. Et puis cet enfant en parle à l’école. En tant que pédagogues, on ne pouvait pas ne pas réagir. On a donc réfléchi ensemble à la manière de mettre sur pied un événement".

 À la fin de l’action, tous les élèves ont défilé dans la cour avec l’affiche diffusée pour sensibiliser la population.
À la fin de l’action, tous les élèves ont défilé dans la cour avec l’affiche diffusée pour sensibiliser la population.

L’action s’est faite en évoquant en classe la situation en Iran et les conditions de détention du travailleur humanitaire tournaisien. "On a demandé aux élèves leurs idées pour finaliser la rédaction d’une lettre destinée à la famille".

Cette action aura des prolongements à l’avenir dans certains cours. "Tous les jeunes ne se rendent pas forcément compte que dans certains pays ça ne se passe pas comme chez nous, qu’on ne bénéficie pas partout de la même liberté d’expression qu’en Belgique. La thématique du travail humanitaire et de la solidarité est aussi intéressante: une section Oxfam est active ici au sein de l’établissement".

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...