Superstitieux ou pas, ce vendredi 13, c’est le début du Ramdam !

Du 13 au 23 janvier, 96 films se partagent le grand écran. Ce premier week-end, place à " The Quiet Girl " et aux compétitions de courts-métrages.

Laure Watrin
 Le long-métrage irlandais, «The Quiet Girl» est à l’affiche.
Le long-métrage irlandais, «The Quiet Girl» est à l’affiche. ©L.W.

Vendredi 13. Lancement de la treizième édition du Ramdam. Le chiffre portera-t-il doublement chance au festival du film qui dérange ? Les organisateurs l’espèrent avec les 58 longs et les 38 courts-métrages sélectionnés.

Des guerres au réchauffement climatique, du combat des femmes au communautarisme, de l’exploitation de la misère à l’enfance brisée, de l’homophobie au racisme,… Les films en disent long sur l’état du monde et de ses habitants.

"Et ce n’est pas parce que les sujets sont souvent difficiles, qu’il n’y a pas une manière différente de les raconter. On a aussi des comédies, des réalisations adaptées aux enfants,…", souligne Mathieu Pereira, animateur cinéma à la Maison de la Culture et pour la toute première fois, membre du comité de programmation du festival.

Le programmateur confie: "Avec ma sensibilité de spectateur, je me suis peut-être tourné vers des films qui étaient moins dans l’esprit du Ramdam, mais qui peuvent tout autant trouver leur place. Ce qui a été spécifique pour moi durant cette année de sélection, c’était de comprendre le fonctionnement de cet événement".

Des invités confirmés

Au lendemain de la projection d’Emmanuelle Nicot, "Dalva", à l’UCG Ciné Cité Lille, l’équipe inaugure officiellement le festival dans les salles obscures tournaisiennes avec la présentation de "The Quiet Girl". Ce long-métrage a atteint les sommets du box-office britannique et est qualifié de "pépite".

Le week-end se poursuit ensuite avec le "Côté courts". Cinq courts-métrages se retrouvent en lice pour le prix du meilleur court belge et celui du plus dérangeant. Seize autres sont en compétition internationale.

À partir du lundi 16 janvier, fictions et documentaires occupent les festivaliers. Plusieurs réalisateurs/trices et acteurs/trices sont déjà confirmé.e.s.

"Notamment: Rebecca Marder (actrice dans le biopic consacré à Simone Veil ainsi que dans la Rafle aux côtés de Gad Elmaleh) et de Sylvain Desclous pour le film" De grandes espérances "(19 janvier) ; Philippe Lioret, réalisateur de" 16 ans "(20 janvier) ; Steve Achiepo, réalisateur de" Le marchand de sable "(18 et 19 janvier) ; … On a aussi beaucoup d’invités pour la catégorie des documentaires, par exemple, la tournaisienne Isabelle Detournay".

Le Côté courts des jeunes

Comme chaque année, le CEC Imagine de la Maison de la Culture et le festival se sont associés pour créer un atelier d’initiation au cinéma à destination des jeunes. Parmi une présélection de courts-métrages, les enfants ont choisi ceux qu’ils préféraient.

Ce dimanche 15 janvier, deux plages horaires sont consacrées à leur projection:

> 11h pour les 4-8 ans (huit films: "Saka Sy Vorona", "Dans la nature", "L’effet de mes rides", "Temps de cochon", "Günter falls in love", "Le château maléfique", "Le garçon et l’éléphant" et "Croc marmottes").

> 14h30 pour les 8-12 ans (neuf films: "Camille", "Voyage avec mon père", "Autosorus rex", "Stars on the sea", "Yallah", "Rest in piece", "The sausage run", "Bolide" et "Tank fairy").

Les séances commencent avec des horaires décalés. Programme disponible en ligne sur www.ramdamfestival.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...