Le Tournai d’avant: le 14 mars 1901 était inaugurée la ligne de tram Tournai - Templeuve

Au XIXe siècle, le train relie les villes importantes mais oublie les bourgs et les villages. Des lignes de tram se développeront cependant entre ville et villages. Dont la ligne Tournai - Templeuve dès 1901. Il faudra attendre 1905 pour voir celle-ci se prolonger jusqu’au Cahos.

Étienne Boussemart

Entre 1715 et 1789 s’étend une période faste, s’ébauchent les grandes mutations de la société, notamment intellectuelles et culturelles. Parmi les découvertes qui se concrétisent au XIXe, notons le développement du train et de son petit frère, le tram dit "le tramway".

Entre frictions et espoirs

Le tram naît de la volonté des bourgs et villages de se désenclaver. Là, on vit encore dans une économie proche de l’autarcie, partielle ou complète. L’habitant lambda ne va en ville que lors d’occasions ponctuelles et exceptionnelles. Le tram, proche et peu onéreux, changera peu à peu ces mentalités : la ville ouvre un champ neuf aux aspirations de chacun.

 Le tram attire, un attelage et des futurs passagers à l'arrêt de la douane.
Le tram attire, un attelage et des futurs passagers à l'arrêt de la douane. ©EdA

Le premier train aborde Tournai le 23 octobre 1842. Mais il faut attendre quelques décennies pour que le tramway vicinal soit effectif. Une longue et belle histoire met en lumières les antagonismes entre villages, les discussions des coûts, des expropriations, etc.

Le pont provisoire Delwart accueille les lignes vicinales durant la Guerre 40.
Le pont provisoire Delwart accueille les lignes vicinales durant la Guerre 40. ©EdA

Les obstacles à la création d’une ligne sont très nombreux. Il faut des accords entre communes, propriétaires du sol et SNCV, sur les grandes lignes du tracé ; des enquêtes publiques sont nécessaires dans chaque commune.

Une véritable fièvre atteint les édiles et les projets se succèdent à cadence accélérée. La région, au sens large, se couvre d’un maillon de voies qui désenclave nombre de communes qui en profitent largement.

 Les trams sont encore à vapeur sur la place.
Les trams sont encore à vapeur sur la place. ©EdA

Un tram au cœur du village, c’est une opportunité pour l’agriculture, les PME, l’enseignement au-delà des primaires, les achats ménagers plus modernes et souvent moins chers.

Notre choix se porte ici sur la ligne vers Templeuve et la frontière française. Car, au-delà des avantages du quotidien, le tram ouvre la porte de Roubaix dont l’industrie textile florissante appelle une nombreuse main d’œuvre. Nombreux seront ceux qui s’y rendront.

Le projet se heurte cependant aux intérêts particuliers. Ainsi, en 1895, le Tournai-Templeuve-La Festingue-Pecq est refusé au profit d’un tracé plus court, Tournai-Templeuve avec terminus devant Satta ; c’est le "T" qui deviendra le "1" en 1936. Le 12 novembre 1898, Léopold II signe l’arrêté de la concession des "Lignes de la banlieue de Tournai" dont Templeuve.

 Un tram à vapeur vire vers Froyennes à la Source des Mottes
Un tram à vapeur vire vers Froyennes à la Source des Mottes ©EdA

Après tant de tractations, voici enfin la première ligne en exploitation: le 14 mars 1901 roule le Tournai – Templeuve, "salué sur son parcours par de nombreux curieux admirant les deux coquettes et pimpantes voitures et le bel uniforme des employés".

De nombreux Tournaisiens s’offrent une excursion vers Froyennes, notamment pour les festivités des 8 et 14 avril, et vers Templeuve.

 Sur la place de Templeuve, le café arbore l’enseigne "Gare vicinale".
Sur la place de Templeuve, le café arbore l’enseigne "Gare vicinale". ©EdA

Les habitants du Cahos, trop éloignés, font circuler le 14 octobre 1901 une pétition pour que la ligne soit prolongée. Ce sera une réalité en 1905. Sur les 3,5 km de l’extension, aucun arrêt (jusqu’en 1934) car le poste de douane se trouve rue de Roubaix. C’est une déception. Mais Templeuve bénéficiera par la suite de l’électrification des lignes (pour Templeuve le 9 janvier 1933).

En 1936, un projet de bus est proposé pour Tournai. Les trams sont condamnés. Le 4 octobre 1953, les autobus circulent de Tournai à Toufflers (F) via Pecq. Le service marchandises se poursuivra jusqu’au 25 mars 54.

La fin d’une belle aventure.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...