Un mouscronnois risque 18 mois de prison fermes pour avoir harcelé son ex-femme pour la seconde fois

Après avoir été condamné en mars pour harcèlement envers son ex-femme, l'homme récidive en octobre et appelle cette dernière une centaine de fois en une semaine.

C.P.

Il y a des séparations qui se passent mal et d’autres qui se passent très mal. Le 17 mars dernier, Bertrand (prénom d’emprunt), un Mouscronnois d’une quarantaine d’années, a été condamné à une peine de prison assortie d’un sursis probatoire pour avoir harcelé son ex-femme. Parmi les conditions qu’il devait respecter figurait: "ne pas avoir de contact avec elle ou son compagnon, même avec l’accord de ceux-ci". Malheureusement, l’homme n’a pas pris cette injonction au sérieux. Plusieurs mois plus tard, en octobre, Bertrand a une nouvelle fois tenté de contacter son ancienne compagne à plusieurs reprises et avec insistance, à raison de 100 appels en l’espace d’une semaine. "Ensuite, je suis tombé dans un piège. Elle m’a dit que je pouvais passer chez elle pour récupérer des affaires. Je suis venu, elle n’a pas répondu, je suis reparti et c’est là que la police m’a arrêté", raconte le Mouscronnois, détenu préventivement depuis.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...