N’empêchez pas les ouvriers communaux de ramasser les feuilles mortes à Tournai ! (vidéo)

En ce moment, les feuilles mortes se ramassent à la pelle mais certains automobilistes empêchent les ouvriers communaux de faire leur travail. En ne respectant pas les panneaux mis en place. Mais au fait, savez-vous ce que l’on fait de toutes ces feuilles une fois ramassées ? La réponse ci-dessous…

Vincent Dubois
 Quand le jour du ramassage sera annoncé, n’oubliez pas de bouger votre véhicule...
Quand le jour du ramassage sera annoncé, n’oubliez pas de bouger votre véhicule... ©EdA - 60317939443 

Sur sa page FB, l’échevine des Travaux, Laurence Barbaix, rappelle avec humour pourquoi il est important que les automobilistes respectent les panneaux d’interdiction de stationner temporairement dans certaines rues et avenues de la cité des Cinq clochers: "Je vais peut-être vous Barbaix encore ce soir mais j’ai l’impression qu’il va falloir faire de nombreux rappels concernant l’interdiction de stationner pour le ramassage des feuilles, écrit-elle. Malgré les panneaux et mon post ce we, j’ai pu constater de nombreuses voitures garées le long du bd Léopold côté Ipes, obligeant les services à travailler entre les voitures et à se déporter fortement sur la voirie..."

L’échevine précise qu’elle rappelle les dates de ramassage également via les réseaux sociaux et que, si les interdictions ne sont pas respectées, "certains risquent d’être surpris en ne retrouvant pas leur voiture en fin de journée."

C’est d’ailleurs ce qui s’est passé comme elle l’explique dans une nouvelle vidéo publiée sur sa page FB :

Dont acte, comme on dit.

Dans un autre post, Laurence Barbaix rappelle également qu’il est indispensable que les riverains enlèvent les feuilles qui bouchent les filets d’eau et les avaloirs devant chez eux.

On a pu mesurer combien cette opération - qui est une obligation pour les riverains - peut s’avérer importante lorsque l’on est confronté à une rupture de canalisation d’eau comme ce fut le cas mardi à la rue Saint-Martin.

Que deviennent les feuilles une fois ramassées ?

Tant qu’à parler de feuilles mortes, l’on s’est posé la question de savoir si la sécheresse avait eu un impact sur les quantités tombées (et ramassées) cette année.

"Les essences indigènes souffrent de ces sécheresses répétées, explique Gauthier Fontaine, responsable des Espaces verts de la ville de Tournai. C’est le cas des tilleuls, frênes., saules... Il faut ajouter que les essences à enracinement superficiel sont plus vite touchées par la sécheresse. Logique. Les essences à enracinement profond comme le chêne réagissent mieux. Et les essences de type méditerranéen aiment ce climat. Dès lors on a à faire à un allongement de la période de chute des feuilles mais pas à une diminution du volume."

Sur l’ensemble de l’entité, ce sont ainsi plusieurs centaines de tonnes de feuilles mortes qui sont ramassées chaque année et valorisées sous forme d’amendement pour le sol.