Molenbaix : le daim devenu « mascotte » du Butor a été abattu

En quelques semaines, le cervidé était presque intégré comme un voisin par les habitants du Butor. La police confirme que l’animal a été abattu cette semaine.

A. P.

Les riverains scrutaient ses apparitions, immortalisaient parfois ses visites par un cliché pris sur le vif, avant que l’animal ne prenne la poudre d’escampette.

Le daim du Butor était devenu l’une des attractions de ce quartier de Molenbaix, en osant s’aventurer tout près des habitations. Il a été tué cette semaine "Nous avons eu confirmation qu’il a bien été abattu" confirme la zone de police du Val de l’Escaut.

Molenbaix : le daim devenu « mascotte » du Butor a été abattu
©FB

En toute légalité ? "Nous cherchons à en déterminer les circonstances. Le cervidé en question est un animal sauvage et peut être chassé sur le territoire de la commune, mais uniquement dans certaines conditions", poursuit la zone.

Des conditions qui méritent quelques éclaircissements. Plus que la période de chasse, c’est surtout la notion du calibre qui entre en compte avec un animal de ce gabarit. En résumé, on ne met pas à mort un daim et un faisan ou un lièvre avec la même arme.

Les chasseurs auraient été aperçus en train de transporter le corps de la bête dans une brouette, quelques minutes après l’avoir abattu. La police locale n’écarte pas encore la piste du "braconnage" et précise que les services de la zone avaient été appelés plusieurs fois pour la présence de cet animal inoffensif sur la chaussée.

Molenbaix : le daim devenu « mascotte » du Butor a été abattu
©FB

Le daim du Butor ne s’était vraisemblablement pas échappé d’une propriété privée. Il était, comme d’autres congénères, à l’état sauvage.

À Molenbaix, c’est l’incompréhension puisque le cervidé ne représente pas un danger pour l’environnement. Sur les réseaux sociaux pas de place pour la demi-mesure !

"Par définition, la nature de cet animal fait que sa mort suscite un certain émoi. Mais un animal sauvage, qu’il ressemble à Bambi ou à un simple faisan reste un animal sauvage. Et comme un simple faisan, il y a des conditions pour le chasser. C’est ce cadre que nous devons vérifier", conclut la zone de police, qui recherche l’auteur du coup de feu qui a achevé la bête.