Loïc a rallumé les fours de la boulangerie « L’Authentique » à Tournai

Quand d’autres ferment les leurs, ou réduisent leurs plages horaires, la boulangerie " L’Authentique " a rouvert ses portes ce jeudi matin dans le quartier de la Madeleine à Tournai.

Christophe Desablens

Loïc Annoot, 20 ans, a le métier de boulanger-pâtissier dans le sang. "J’ai commencé à douze ans. L’école, ce n’était pas mon truc. Alors j’allais donner un coup de main dans une boulangerie de Nieppe, mon village d’origine, après l’école", nous dit-il.

CAP (certificat d’aptitudes professionnelles) en boulangerie et en pâtisserie en poche, il a travaillé quelques années dans une boulangerie du nord de la France. Pour franchir le pas de s’installer à son compte, il a saisi une opportunité qui s’est présentée de l’autre côté de la frontière, à Tournai: relancer la boulangerie "L’Authentique" située à l’angle des rues des Sœurs Noires et des Augustins.

Karine Ricklin, la maman de Jean qui avait créé sa boulangerie "L’Authentique" dans l’ancienne boulangerie Delmotte, avait ce jeudi une pensée très émue pour son fils décédé au printemps dernier. "Je ne souhaitais pas revendre cette boulangerie qui lui appartenait. J’ai décidé d’aider un jeune boulanger à se lancer, en l’accompagnant dans son beau projet. Nous sommes associés. Il est à la production, je m’occupe de démarches administratives et je suis aussi parfois à la vente. Il y a de moins en moins de boulangers, c’est un métier difficile et il n’y a pas d’aides pour ceux qui se lancent. Mais quand il sera prêt, je me retirerai", nous dit-elle.

 La porte de la boulangerie s’est rouverte de jeudi.
La porte de la boulangerie s’est rouverte de jeudi.

Le quartier attendait ça

Dès 7h15 du matin, il y avait déjà des clients devant la porte du commerce qui a gardé son esprit artisanal. À 10h, la boulangerie était déjà à court de croissants. La réouverture d’une boulangerie était attendue dans le quartier, jusque du côté de la rue de la Madeleine. "C’est vrai qu’en discutant avec les gens, ils sont très contents parce que ça manquait dans le quartier", témoigne Karine. Un client acquiesce: "Je trouve ça formidable de voir ce commerce de proximité émerger, à contre-courant du contexte économique actuel. C’est aussi un projet humain qui fait du bien au quartier".

« Il y aura toujours des gens pour acheter des pains, des brioches, etc. » estime le boulanger.
« Il y aura toujours des gens pour acheter des pains, des brioches, etc. » estime le boulanger.

Loïc, le boulanger, était un peu stressé ce jeudi matin et les jours qui précédaient le jour J. "Je me sentais prêt mais le jour de la vraie ouverture, c’est un moment intense". Certains lui parlent des difficultés actuelles, des coûts de l’énergie qui explosent. Mais il est confiant. "Il y aura toujours des gens pour acheter des pains, des brioches, et toutes les autres bonnes choses qu’ils apprécient".