Tribunal : un homme en cavale aurait tenté de foncer sur les policiers

Un détenu en cavale a tenté d’éviter un contrôle de police en prenant la fuite. Sa voiture a été immobilisée par les tirs des agents.

C.P.
 Selon le procureur du roi, l’homme a forcé le contrôle de police en prenant la fuite.
Selon le procureur du roi, l’homme a forcé le contrôle de police en prenant la fuite. ©EdA - 203797328385

Une scène digne d’une série américaine s’est produite sur Tournai. Une homme de 28ans, bien connu des services de police, était en cavale. Une fois que la police a retrouvé l’individu en voiture, celui-ci a directement pris la fuite avec son véhicule vers Roucourt, à Péruwelz, où il habite. Il finit par s’arrêter, il est cerné par les agents qui pointent leurs armes sur lui. L’individu se baisse légèrement sur son siège, avant de redémarrer le véhicule férocement en exécutant un demi-tour. Craignant que l’homme fonce sur eux, les policiers ont tiré dans les pneus (à dix reprises) et ont ainsi mis fin à cette cavale qui n’a que trop duré.

L’homme est aujourd’hui de nouveau détenu. Il a comparu devant le tribunal correctionnel de Tournai ce mardi après-midi pour une prévention de rébellion armée.

Sans violence

Son avocat plaide l’acquittement : "il n’y a pas eu de violence dans le comportement de Monsieur. On n’a pas de certitude qu’il avait l’intention de rouler en direction des policiers et de foncer sur eux. Ces derniers ont simplement pris peur et ont tiré sur la voiture." Le véhicule a été immobilisé pendant son demi-tour, la direction définitive n’a pas clairement été identifiée.

Selon la défense, si le prévenu se dirigeait vers les policiers, il aurait été arrêté dans sa course par le combi qui se trouvait sur sa route, et n’aurait ainsi pas pu prendre la fuite. Cette possibilité aurait constitué un bien mauvais plan. Cependant, précisons que le prévenu avait consommé de l’alcool et des tranquillisants et qu’il a déclaré à la police avoir connu un trou noir après les faits. Il n’avait donc pas toute sa tête lors de l’intervention.

Il risque deux ans de prison supplémentaires

Pour le procureur du roi, la plaidoirie de l’avocat ne permet pas d’innocenter le prévenu. "Le premier élément du dossier est que Monsieur a forcé le contrôle des policiers avec son véhicule en prenant la fuite vers Péruwelz. La loi considère l’utilisation du véhicule comme une arme. Il y a donc déjà à ce moment-là une rébellion armée." Il requiert deux ans de prison supplémentaires pour l’individu dont le fond de peine est actuellement en 2029.

L’avocat maintient que les faits se sont passés sans violence.

Quant au prévenu, il a tenu a exprimé ses regrets devant la présidente du tribunal, qui fut surprise de les entendre après avoir acté la demande d’acquittement. Peut-être l’a-t-il fait par habitude ? Probable après 18 condamnations…

La présidente du tribunal rendra son jugement le 29 novembre.