Pas fier, ce spécialiste du « vol à l’échange » dans les petits commerces tournaisiens

Bon chic, bon genre, un jeune homme, plutôt sympa, soutire de l’argent à des commerçants grâce à une ruse particulièrement subtile. Celui-ci semble cependant souffrir de problèmes de mémoire...

Vincent Dubois
 Quand la serveuse a voulu le photographier, le jeune homme a dissimulé son visage derrière le pain qu’il venait «d’acheter».
Quand la serveuse a voulu le photographier, le jeune homme a dissimulé son visage derrière le pain qu’il venait «d’acheter». ©Com. 

Force est de reconnaître que, pour pratiquer ce type d’escroquerie, il faut non seulement avoir un certain bagou mais aussi des talents de comédien et même de prestidigitateur.

La technique, connue, est pourtant relativement simple mais implique que celui qui la pratique arrive à distraire sa "proie" durant un certain laps de temps.

Cela, en lui parlant de tout et de rien afin de lui faire perdre le fil de ses idées.

La technique ? Elle consiste, pour le voleur, à se rendre dans une boutique où il pourra acheter un objet de faible valeur.

Dans le cas d’espèce, notre escroc a jeté son dévolu sur une boulangerie.

Là, le voleur se présente au comptoir et demande un pain qu’il fait mine de payer avec un billet de 50 €. Le tour de passe-passe consiste, pour ce "client", à ne jamais remettre le billet de 50 euros à la serveuse tout en détournant son attention afin que cette dernière ne se rendre compte de rien et remette la monnaie sur la somme en question. L’homme repart donc avec son billet, la monnaie remise par la vendeuse et le pain, coupé de surcroît.

Bref, c’est tout bénéfice pour l’individu qui, manifestement, réitère ses exploits dans d’autres commerces locaux.

Une technique qui lui permet sans doute d’accumuler un joli pactole à la fin de sa journée.

Pas de chance pour l’individu dont la photo illustre cet article ; celui-ci souffre manifestement de troubles de mémoire qui lui valurent de retourner deux fois au même endroit et, par conséquent, d’être reconnu par sa victime potentielle.

Laquelle a eu la présence d’esprit de prendre ce cliché mais l’escroc a vivement réagi en se camouflant le visage au moyen du sac contenant le pain qu’il venait "d’acheter".

Il est ensuite reparti assez prestement sans autre forme de politesse.