Pas de coups de feu ni d’incendie ce lundi matin à Tournai, mais des pompiers très en colère…

Des pompiers de la zone de secours de Wallonie picarde ont exprimé leur colère, notamment à Tournai, ce lundi matin à l’heure où se tenait une réunion entre représentants syndicaux et dirigeants de la zone. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on les entendait de (très) loin. Et non, contrairement à ce que certains ont écrit sur les réseaux, il n’y eut ni incendie, ni coups de feu. Quant aux négociations entre syndicats et responsables de la zone, ce n’est pas gagné...

Vincent Dubois
 Les pompiers de la zone Wapi en colère ce lundi matin se sont fait entendre de très loin...
Les pompiers de la zone Wapi en colère ce lundi matin se sont fait entendre de très loin... ©EdA

Comme expliqué dans notre édition du 9 septembre dernier, un préavis de grève a été déposé ce jour-là par le syndicat SLFP représentant des membres du personnel de la zone de secours de Wallonie picarde.

 De calicots ont été accrochés devant la caserne.
De calicots ont été accrochés devant la caserne. ©EdA

Celui-ci dénonce notamment un manque de respect de certains membres de la ligne hiérarchique envers le personnel et certains représentants syndicaux. Il était notamment fait état de conversation Whatsapp peu élogieuse pour certains membres de l’équipe en poste à Tournai.

 Les pompiers en colère l’ont fait savoir, notamment en déployant des calicots devant la caserne...
Les pompiers en colère l’ont fait savoir, notamment en déployant des calicots devant la caserne... ©EdA

D’autres motivations de l’action syndicale sont liées à la gestion opérationnelle que le SLFP qualifié d’ "hasardeuse voire dangereuse".

C’est dans ce contexte tendu et alors qu’une rencontre entre représentants syndicaux et autorités de la zone se tenait dans les bureaux de cette dernière que des pompiers ont exprimé leur colère, ce lundi matin, notamment devant la caserne de l’avenue de Maire.

Sur des calicots accrochés sur les grilles, on pouvait notamment lire le slogan "Stop au mépris" ou encore "les valeurs de la zone s’appliquent à tous".

Plusieurs véhicules ont été sortis sur le parvis de la caserne et les sirènes actionnées durant de longues minutes ; des fumigènes ont été allumés et quelques pétards ont également éclaté. Ce qui suscita une certaine inquiétude chez des observateurs ainsi qu’un emballement irraisonné des réseaux sociaux (comme d’habitude) où certains allèrent même jusqu’à affirmer avoir entendu des coups de feu ayant justifié un tel déploiement de pompiers à l’avenue de Maire.

Les syndicats sont partis en claquant la porte...

Le climat n’est manifestement pas à l’apaisement si l’on en juge par ce mail reçu lundi après-midi en réponse à une question que nous posions à Eric Labourdette, dirigeant responsable du SLFP: "Ce lundi 26 septembre était prévue une réunion de concertation entre les autorités de la zone WAPI et les syndicats. Face au refus du Commandant de zone d’entamer une procédure contre 3 de ses officiers, les 3 syndicats ont quitté la table des concertations et ont décidé, avec le personnel, de tenir une nouvelle assemblée générale le lundi 3 octobre, au poste de Tournai, afin d’entamer des premières actions de protestation".

Comme on dit dans ces cas-là: affaire à suivre.