Prévenir le (cyber)harcèlement!

C’est un des principaux dangers qui menacent les citoyens hyperconnectés que nous sommes devenus presque malgré nous: le cyberharcèlement.

Jidel

Chez les enfants et les ados, qu’il s’exprime ou non par les réseaux sociaux, le harcèlement peut engendrer des situations dramatiques. Pour le prévenir ou y remédier, il existe heureusement des initiatives aux résultats encourageants. Ainsi, fin de l’année dernière, les élèves du premier degré de l’Institut Technique et Commercial de Boussu ont réalisé une capsule vidéo dans le cadre d’une campagne de sensibilisation et de prévention de ce type de dérive. Porte-parole du projet, Olivier Vercauteren résume: «Ce petit film s’intitule Les têtes à clat. Clat est le surnom donné à la structure Classe Atelier(s) de notre établissement, qui pratique des pédagogies actives et différenciées depuis plus de 30 ans. Réalisé début novembre et présenté publiquement en décembre, il constitue l’une des étapes d’un projet plus global de sensibilisation au (cyber)harcèlement, destiné aux élèves des écoles primaires environnantes. Au départ des témoignages des élèves et d’exercices d’improvisation, un scénario a été imaginé par la classe. L’expression orale a permis le développement des valeurs de respect de l’autre et un travail concret sur les préjugés.» Il restait évidemment à s’associer à des spécialistes de ce type de média pour concrétiser les bonnes intentions. Notre interlocuteur explique: «Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Christophe Istace et Natacha Van Der Stricht, cinéaste et pédagogue spécialisée dans le harcèlement et accompagnés des membres de leur ASBL Loupiote, ont partagé notre quotidien pendant près d’une semaine. La participation de nos élèves au tournage leur a permis de se dépasser, de faire croître leur estime de soi et leurs facultés de concentration.»