Les fans des années 80 débarquent ce week-end à Amougies Airport

Après la «répétition» d’hier soir, le W-Festival entre dans le vif du sujet ce vendredi. 26 groupes vont se succéder sur la scène de l’aéroport d’Amougies.

Pascal Lepoutte
Les fans des années 80 débarquent ce week-end à Amougies Airport
Q uarante ans de carrière et un nouvel album (le vingtième du groupe!) pour John Watts et Fischer Z. ©Com

+ A LIRE AUSSI |Des parkings pour dix mille véhicules

New wave était leur nom générique mais on parlait aussi de post-punk, de synthpop, de cold wave, electronic body music, de musique industrielle, de nouveaux romantiques, de new beat, de rock gothique, voire d'italo disco pour qualifier ces courants musicaux aux sonorités froides et minimalistes. Ceux qui avaient, entre 1978 et 1986, «l'âge des sorties» (à l'époque plus probablement dans les soirées sous chapiteau – péjorativement surnommées bals à flates – que dans les discothèques) n'ont pu échapper à cette «nouvelle vague» dont beaucoup se souviennent encore aujourd'hui avec nostalgie.

New wave et electro pop

Et même si les noms de The Human League, Fischer-Z, Anne Clark ou China Chrisis ne semblent rien dire aux représentants de la jeune génération d'aujourd'hui, faites leur écouter les premières notes de Don't you want me, Remember Russia, Our Darkness ou Wishful Thinking et ils admettront volontiers que ces titres ont traversé les décennies.

Les tubes de Big Country (In a Big country), Lene Lovitch (Lucky number), Peter Hook (de Joy Division et New Order) & The Light, Blancmange (Living on the ceiling), T'Pau (China in your hands), The Thompson Twins (Doctor Doctor!), ainsi que ceux de nos compatriotes de Front 242 (Tragedy for you), Red Zebra (I can't live in a living room) ou Neon Electronics (ex-The Neon Judgement, dont on le morceau Factory wall avait été enregistré, en live, au Skyline à Mouscron) figurent aussi en bonne place dans toute compilation estampillée eigthies qui se respecte...

Vingt-trois ans après la défection de Boy Georges (pour un revival de 1969) au même endroit, l’organisateur du W-Festival Erik De Ridder et son équipe quittent Wortegem pour amener, clef sur porte, leur événement dédié à la new wave et à l’electro pop dans la riante Wallonie picarde voisine.

Au moins cinq mille personnes sont attendues chaque jour. Leur pari semble en bonne voie de réussir: jeudi, la page Facebook du festival comptait 9 132 followers.

Le «W» donne aussi sa chance à de jeunes artistes underground, comme la talentueuse Québécoise Xarah Dion ou la Parisienne Hante. Et si le succès est au rendez-vous pourquoi ne pas rêver de voir un jour The Cure, Blondie, Echo and The Bunnymen, Siouxsie and The Bansheess, voire Depeche Mode ou The Pet Shop Boys atterrir du côté d’Amougies Airport?

Le line-up et l’horaire

Vendredi 18 août: The Serious Five (15 h 45 – 16 h 30), La lune noire (17 h 00 – 17 h 40), Suffocating Minds (18 h 10 – 18 h 50), Schmutz (19 h 20 – 20 h), Honeymoon Cowboys (20 h 20 – 21 h 00), Star Industry (21 h 20 – 22 h 00), The Arch (22 h 20 – 23 h 20), Neon Electronics (23 h 40 – 00 h 40)

Samedi 19 août: Xarah Dion (12 h 30 – 13 h 15), Lene Lovich Band (14 h 00 – 14 h 45), The Kids (15 h 25 – 16 h 10), Sian Evans (16 h 50 – 17 h 50), Blancmange (18 h 35 – 19 h 35), Peter Hook (20 h 15 – 21 h 15), Anne Clark featuring herrB (21 h 55 – 22 h 55), The Human League (23 h 35 – 01 h 00), Vomito Negro (01 h 30 – 02 h 30)

Dimanche 20 août: Desireless (12 h 30 – 13 h 15), Hante (13 h 50 – 14 h 35), China Crisis (15 h 10 – 15 h 55), T'Pau (16 h 30 – 17 h 30), Big Country (18 h 05 – 19 h 05), Fischer Z (19 h 40 – 20 h 40), Thompson Twins'Tom Bailey (21 h 15 – 22 h 15), Front 242 (22 h 50 – 00 h 10), Red Zebra (00 h 45 – 01 h 45).

www.w-festival.com