Une plongée dans le passé

La fête du Blanc Moulin, c’est l’occasion de découvrir la région avec les guides nature au départ du Chemin des Prés de Pidebecq.

M.L.
Une plongée dans le passé
La ferme Degavre-Baguet témoigne d’un XVIIIe siècle en or. ©ÉdA

Mais on peut également parcourir à pied et en flânant entre artisans et brocanteurs, un magnifique circuit architectural parsemé de bâtiments rénovés à la fin du XVIIIe, une période qui semble avoir été un petit siècle d’or dans les Collines. Les pierres portent la mémoire des bâtisseurs et des Ostichois qui y ont vécu et travaillé et les noms des anciens du village surgissent parfois au détour d’une inscription sur un mur. Au départ, la perle des fermes, la ferme Degavre Baguet, qui fut reconstruite en 1772 et dont la grange mérite à elle seule le déplacement. Plus loin, la ferme Delmée de la même époque, en face de la chapelle J.B. Cauchies de 1817. Tout en haut de la butte, le Blanc Moulin, construit par Jean-Baptiste Deltenre en 1789, contemple le village. À ses pieds, l’Église Saint-Pierre dont la restauration en style classique date de 1827, mais avec une tour dont les ancres indiquent 1780. En face, la Rosière. Au-dessus de la porte, on lit qu’elle fut édifiée en «l’an de grâce de notre Seigneur 1774 par M Coupez, mayeur et censier et M. Deltenre, épouse du dit Coupez.» Et l’on apprend que «la mort surprend le pêcheur». Un peu plus bas, la Brasserie Quiévy dont Éric Dubois et son fils Arnaud viennent de restaurer la toiture et la célèbre girouette de plus de cent kilos représentant un trompettiste et signée J. Bonnier. Des documents précisent qu’elle faisait partie de la ferme de Benoît Deltenre en 1763. Et pour terminer, impossible d’ignorer la forge. Elle est là depuis 1817 quand Alexis Lizon s’est installé comme maréchal-ferrant. En 2000, les enclumes et les marteaux se sont remis à chanter et le passé s’est réveillé.