Windvision cède son parc éolien à EDF

La revente des actions détenues par Windvision laisse à penser que le projet d’extension du parc, mis aux oubliettes, sera bientôt réactivé.

Pierre-Laurent Cuvelier
Windvision cède son parc éolien à EDF
Parc éolien Tourpes-Thumaide ©Windvision

Le vent tourne à l’ombre des éoliennes du parc Tourpes-Thumaide. Deux ans et demi après sa mise en service, son constructeur et exploitant, la société privée Windvision, a décidé de jeter l’éponge.

On vient d’ailleurs d’apprendre que la revente de l’actionnariat de la S.A Windvision est entérinée depuis la fin de l’année dernière. Le nouveau gestionnaire du champ de neuf machines, érigées sur les territoires voisins de Leuze et Beloeil, n’est autre que la firme EDF-Luminus, un opérateur fort présent dans le secteur des énergies renouvelables.

Que faut-il voir derrière ce rachat? Très clairement, une telle manœuvre laisse présager une remise en route du projet d’extension du parc existant.

«EDF a effectivement fait part de son intention de poursuivre les études entreprises par Windvision pour, in fine, déposer une demande de permis relative à l'ajout de quatre nouveaux mâts. Le dossier n'est donc pas enterré », indique Olivier Bontems, directeur des Participations et de l'Énergie pour le compte de l'intercommunale Ideta.

Son éclairage est intéressant dans la mesure où l’agence de développement, en plus d’avoir un pied dans le parc de Leuze-Europe, s’était associée au projet de Windvision dans lequel elle a investi 1 500 000€.

«La cession des actions du champ éolien de Tourpes-Thumaide n'a rien changé pour nous car nous sommes toujours parties prenantes. C'est juste l'interlocuteur qui a changé mais nous le connaissons bien. Avec EDF, nous avons en effet introduit une demande de permis pour l'installation de huit machines à Tournai Ouest III», précise le responsable d'Ideta.

L’agrandissement dont il est question interviendrait au nord du site actuel d’implantation, soit à proximité de la ligne TGV vers le village de Tourpes.

EDF-Luminus profiterait ainsi de l’occasion pour réactiver une piste explorée voici deux ans par Windvision, qui s’était heurtée à une véritable levée de boucliers de la population. On parlait à l’époque de cinq moulins à vent du côté du chemin Damas (Tourpes).

Sentant le souffle de l’opposition dans son dos, l’exploitant privé avait alors pris l’option de suspendre sa demande d’extension en créant un comité d’accompagnement.

Tout portait donc à croire que Windvision avait épuisé tout son «crédit» après s’être vu refuser son permis pour un développement au sud du parc Tourpes-Thumaide (du côté d’Ellignies-Sainte-Anne).

Une première tentative étouffée dans l’œuf par la Région wallonne qui avait recalé ledit permis.

À plusieurs reprises aussi, les autorités de Leuze et Beloeil avaient exprimé leurs réticences à cet égard, estimant à juste titre en être arrivées à la saturation sur leurs territoires.

Les Tourpiers au combat

Ce nouveau rebondissement après moult péripéties n’est évidemment pas de nature à rassurer les habitants de Tourpes, qui n’ont eu de cesse d’exprimer leur «Non» absolu à cette extension.

Un comité de riverains rencontrera lundi prochain le bourgmestre leuzois Christian Brotcorne afin de faire le point sur le dossier.

«Nous souhaitons que le conseil communal se joigne au combat des Tourpiers en se prononçant pour le rejet total de ce projet d'extension. Si de légères améliorations ont pu être obtenues par la mise en place de peignes sur les machines, le phénomène d'encerclement et d'effet stroboscopique dans le village est bien réel. Sans compter qu'avec les futures éoliennes, on se rapprocherait à 600 m des maisons, ce qui est inacceptable», précise le Tourpier Marc Dekeyser.

Notons enfin qu'une réunion a été programmée en mars entre le collège communal et les représentants d'EDF. «L'idée étant d'en savoir un peu plus sur les tenants et aboutissants», confirme le maïeur.