Rénovation de la maison paroissiale

Des travaux de rénovation et la mise en place de projets sociaux sont en cours à la cure de Maffle. 2016 sonne comme l’année du renouveau.

Pauline FOUCART
Rénovation de la maison paroissiale
Maison paroissiale Maffle ©ÉdA – 30699616534

Depuis le mois d'octobre, la cure de Maffle fait l'objet de nombreux travaux de rénovation. Une chose est certaine, l'objectif de ceux-ci est de pouvoir y faire cohabiter des associations et services qui agissent au sein du doyenné. «Avec le soutien de la Ville d'Ath et de l'Unité des Guides, l'électricité a déjà pu être rendue conforme aux normes légales» explique Jean-Paul Lejuste, secrétaire paroissial.

«La peinture a été rafraîchie dans les locaux occupés par la Paroisse, et devrait l'être prochainement au 1er étage du bâtiment, occupé par les guides. Nous voulons remettre les locaux communs à neuf, afin d'offrir des locaux accueillant aux groupements sociaux de la région, soit une dizaine d'associations et de services athois, tels que la fabrique d'église de Maffle, le secrétariat paroissial ou l'association «à toi mon toit». »

Mis à part les travaux de réfection à proprement parler, la Paroisse entend créer un bureau d'accueil spirituel hebdomadaire. «Chaque semaine, nous organiserons une permanence lors de laquelle, celui qui le désire pourra rencontrer un prêtre de notre région et s'entretenir avec lui. Père André Lucsak, qui est en charge de la pastorale sociale aimerait aussi pouvoir installer une bibliothèque destinée à un public défavorisé. On y organisera des prêts longue durée gratuitement ou pour une somme modique, afin de permettre l'accès à la culture au plus grand nombre.»

Enfin, des ateliers de cuisine devraient être organisés dans les locaux de la cure «pour permettre aux gens qui ne peuvent pas s'offrir des cours de cuisine d'apprendre à cuisiner gratuitement».

Il est important de préciser qu'un grand nombre de bénévoles ont porté leur contribution au projet, en participant comme ils le pouvaient aux travaux. «Le projet s'inscrit dans le cadre d'une opération de vivre ensemble et d'esprit communautaire inhérents à l'Église.»

Le coût des travaux est estimé à 3 000 euros.

La paroisse a couvert les frais financiers, avec le soutien de la Ville, étant donné que la cure lui appartient.