Un peu d’espoir depuis la crise de 2009

Depuis la grève du lait il y a trois ans, peu de choses ont évolué. Le départ de la commissaire européenne à l’agriculture, la danoise Mariann Fischer Boel, est déjà une «avancée» pour Guy Francq.

Un peu d’espoir depuis la crise de 2009
GUY FRANCQ CRISE DU LAIT ©EdA - 201559751735
D.D.

«Le Danemark suit un modèle ultralibéral où règnent des mégafermes de 1000 vaches et où les agriculteurs sont devenus les petits domestiques surendettés des gros industriels. Ce n'est pas le modèle que nous voulons pour demain». Un résultat concret de la pression et des grèves de ces dernières années est qu' aujourd'hui, 17 eurodéputés sur 35 de la commission qui travaille spécifiquement sur le lait sont favorables à une régulation de la production après 2015. «Il faut donc continuer à mettre la pression! Nous on veut un prix équitable, qui couvre le prix de production» note le producteur de lait.

Le véritable point positif pour Guy Francq, c’est la mise sur pied il y a deux ans et demi du lait «Fairebel», le label des fermiers belges. Dans ce système, chaque coopérateur a reçu 1000€ de subsides de la Région wallonne pour faire partie de la coopérative.

Le lait «Fairebel» est commercialisé dans la plupart des grandes surfaces (sauf Delhaize, une des raisons du blocage du centre de distribution de Zellik ce lundi).

Grâce à ce système, le producteur de lait touche dix cents supplémentaires. «En achetant cette marque solidaire et équitable, cela permet aux consommateurs de soutenir l'agriculture belge».

Fairebel étendra peut-être sa gamme de produits à l’avenir. Pour Guy Francq, ce sont d’ailleurs les producteurs de lait et les consommateurs qui doivent travailler ensemble à l’avenir du monde agricole.

D.D.